Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré à la compréhension de notre société

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

14 février 2018 : Alors que les Corses se battent pour conserver leur langue originelle, des linguistes ont récemment découvert que 280 personnes appartenant à une tribu malaisienne vivant dans un village reculé du nord du pays parlaient une langue jusqu’ici non répertoriée, le jedek.

Les chercheurs de l’Université de Lund (Suède) ont découvert cette langue dans le cadre d’un projet visant à recenser les langues des communautés locales de Malaisie, indique l’université dans un communiqué.

La langue officiellement pratiquée dans le village en question était le jahai, mais en posant des questions, les linguistes se sont aperçus qu’un autre idiome était utilisé par certains habitants. « Nous avons réalisé qu’une grande partie du village parlait une langue différente. Ils utilisaient des mots, des phonèmes et des structures grammaticales qui n’existaient pas en jahai. Certains de ses mots suggéraient qu’il existait un lien avec d’autres langues utilisées dans des parties éloignées de la péninsule malaisienne », explique dans le communiqué Joanne Yager, membre de l’équipe des chercheurs.

Le village avait déjà été étudié par des scientifiques, a précisé son collègue Niclas Burenhult, mais « en tant que linguistes, nous avons posé des questions différentes et avons trouvé quelque chose qui avait échappé aux anthropologues ».

ÉGALITÉ HOMME/FEMME

Le jedek reflète un mode de vie où l’égalité entre hommes et femmes était plus grande que dans les sociétés occidentales, sans violence et qui n’encourage pas la compétition entre les enfants, a précisé l’Université de Lund. Fait suffisamment rare dans les langues que nous connaissons pour le souligner, les chercheurs signalent que dans le « jedek » il n’existe pas par exemple de verbe autour du concept de propriété comme appartenir, voler, acheter ou vendre. En revanche, le communiqué précise qu’il y a « un vocabulaire fourni pour décrire le fait d’échanger et de partager ». Encore une fois, une tribu que l’on pourrait considérer comme coupée de tout nous ramène à l’essentiel et à une vraie question sur laquelle nos sociétés modernes sont toutes basées : l’homme a-t-il toujours eu l’instinct de propriété ? Quoi qu’il en soit, selon l’UNESCO, il existerait dans le monde au moins 6 000 langues parlées, mais la moitié est menacée de disparition.

Bob Bellanca (btlv.fr/source Nationale Geographic)