fbpx

(DENDROLOGIE) Le bois de santal australien serait en voie de disparition

11 octobre 2021 —  L’huile de bois de santal est utilisée  pour les bâtons d’encens, les bougies et les parfums. Mais  le bois de santal australien (Santalum spicatum) est au bord de l’extinction à l’état sauvage.

Le bois de santal australien est l’un des 15 types de bois de santal que l’on trouve dans toute l’Océanie. C’est l’un des types de bois les plus chers, et l’huile de cette plante locale est utilisée en parfumerie et en cosmétique, et son noyau est utilisé comme bâtons d’encens.

UNE DURÉE DE VIE pouvant atteindre 300 ANS

Les Autochtones le vénèrent depuis des milliers d’années, l’utilisent lors de cérémonies et en médecine. Ces procédés sont inoffensifs car ils ne nécessitent pas une grande quantité de bois, contrairement à la destruction massive d’arbres à des fins commerciales. Le bois de santal peut vivre environ entre 250 et 300 ans et est capable de résister à des conditions extrêmement difficiles.

Cependant, au cours des dernières décennies, les réserves de bois de santal ont lentement décliné en raison de la récolte à but commercial, du défrichement, des incendies et du pâturage. La situation est compliquée par la lente régénération des arbres et l’évolution rapide du climat. Des études montrent que dans la plupart des cas, les nouveaux arbres ne commencent à pousser qu’après 60 à 100 ans. Une si longue période de régénération est due, en premier lieu, au fait que le bois de santal a perdu ses « pollinisateurs » naturels qui portaient leurs graines  comme les  bettongias  des marsupiaux, qui ont pratiquement disparus. Deuxièmement, le changement climatique a aussi une grande influence. Les graines de bois de santal ne pourront germer, s’enraciner et pousser que si elles sont bien arrosées pendant trois ans, et en Australie, c’est régulièrement la sécheresse qui sévit.

Forêt de bois de santal en Australie 

Une nouvelle étude menée par des scientifiques australiens a montré que le gouvernement de l’État de Washington savait depuis plus d’un siècle que les ressources en bois de santal s’épuisent et que de nouveaux arbres ne sont pas replantés. Ils estiment que 175 ans de récolte commerciale a pu conduire à une réduction de 90 % de la forêt de bois de santal sauvage.

Au cours de leurs travaux, les chercheurs ont examiné plus de 100 articles scientifiques, thèses non publiées, rapports parlementaires et documents historiques, dans lesquels les experts ont mis en garde à plusieurs reprises le gouvernement de l’État de Washington. Cependant, la récolte intensive de bois de santal sauvage australien se poursuit, une attention particulière étant toujours accordée aux arbres matures en raison de la meilleure qualité de leur huile.

Les scientifiques australiens demandent que le bois de santal soit ajouté à la liste des espèces protégées au niveau national et qu’il ne commence à être récolté que dans des plantations artificielles pour donner à ces arbres sauvages centenaires une chance de survivre.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-10-11T11:29:36+02:0011 octobre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser