fbpx

(ÉCOLOGIE) Grain de Sail, un voilier-cargo qui marche à la force du vent

16 novembre 2020 — Depuis quelques années, le transport maritime évolue même si cela est difficile de contrer les leaders dans ce domaine. Cette révolution prend forme grâce à la réflexion et la mise en commun d’idées, d’hommes et de femmes pour respecter notre planète. Cette innovation provient de l’Entreprise Grain de Sail (producteur de chocolat) située à Morlaix dans le Finistère.

UN PROJET ET UNE CONSTRUCTION ÉCOLOGIQUE

Le 18 novembre 2020, GRAIN DE SAIL partira de Saint-Malo vers New-York pour exporter 50 tonnes de marchandises soit dix-huit mille bouteilles de vin bio français destinées à être livrées à des caves et des bars américains, puis se dirigera vers les Caraïbes pour récupérer du café et du cacao bio pour approvisionner leur entreprise de chocolaterie/torréfaction.

Au niveau de la construction, c’est un voilier cargo qui a été pensé par plusieurs entrepreneurs bretons qui ont unis leurs compétences. Ce bateau n’a pas de moteur (donc pas de gasoil) et fonctionne uniquement avec à la force du vent. Par rapport à un cargo habituel, il émettra 17 fois moins de CO2. Grâce à une architecture moderne et une haute technologie performante, la navigation est très sûre et fiable. Le chantier a duré deux ans et a eu un peu de retard dû à la crise sanitaire actuelle.

GRAIN DE SAIL mesure 24 mètres de long avec une hauteur de 27 mètres. Il pèse 50 tonnes à vide. Il possède tous les équipements nécessaires pour vivre à bord pendant trois mois : cuisine équipée, trois cabines… La cale est équipée d’un très grand frigo. Les marchandises seront sur palette, stabilisée par de grosses sangles pour sécuriser la marchandise.

C’est un bateau autonome en énergie avec des énergies vertes comme les panneaux solaires, les hydro générateurs et les éoliennes.

UNE NAVIGATION SÛR

Pour une première traversée vers l’Amérique, les marins navigueront tranquillement, ce n’est pas une course contre la montre. Chaque membre d’équipage devra tout faire et gérer n’importe quel problème qui pourrait survenir : pleine autonomie.

Beaucoup de nouveaux savoir-faire ont été réunis dans ce projet de cargo voilier. Deux traversées de trois mois sont planifiées chaque année. Il est prévu de lancer la construction d’un second bateau d’ici la fin 2020. L’objectif serait d’agrandir la flotte très rapidement ce que souhaite cette entreprise française bretonne pour importer toutes ses matières premières.

Cette traversée de l’atlantique représente une très grande et belle aventure humaine. Mais le fait de transporter à un moindre coût des marchandises est très encourageant même si nous savons que contrer les gros cargos sera très difficile. Ce cargo voilier est un moyen de transport plus écologique et sûrement à développer.

Il y a quelques mois, une goélette appelé « Le Gallant », un navire marchand, est arrivée du Portugal pour livrer ses trente-cinq tonnes de marchandises à Noimoutier (Vendée) en utilisant que les voiles pour voguer sur les océans.

Faut-il multiplier ces cargos voiliers pour le respect de notre planète et, en parallèle, améliorer les transports maritimes actuels ?

Morgane Nenert (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2020-11-16T17:35:23+01:0016 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser