fbpx

(ÉCOLOGIE) Grain de Sail, un voilier-cargo qui marche à la force du vent

16 novembre 2020 — Depuis quelques années, le transport maritime évolue même si cela est difficile de contrer les leaders dans ce domaine. Cette révolution prend forme grâce à la réflexion et la mise en commun d’idées, d’hommes et de femmes pour respecter notre planète. Cette innovation provient de l’Entreprise Grain de Sail (producteur de chocolat) située à Morlaix dans le Finistère.

UN PROJET ET UNE CONSTRUCTION ÉCOLOGIQUE

Le 18 novembre 2020, GRAIN DE SAIL partira de Saint-Malo vers New-York pour exporter 50 tonnes de marchandises soit dix-huit mille bouteilles de vin bio français destinées à être livrées à des caves et des bars américains, puis se dirigera vers les Caraïbes pour récupérer du café et du cacao bio pour approvisionner leur entreprise de chocolaterie/torréfaction.

Au niveau de la construction, c’est un voilier cargo qui a été pensé par plusieurs entrepreneurs bretons qui ont unis leurs compétences. Ce bateau n’a pas de moteur (donc pas de gasoil) et fonctionne uniquement avec à la force du vent. Par rapport à un cargo habituel, il émettra 17 fois moins de CO2. Grâce à une architecture moderne et une haute technologie performante, la navigation est très sûre et fiable. Le chantier a duré deux ans et a eu un peu de retard dû à la crise sanitaire actuelle.

GRAIN DE SAIL mesure 24 mètres de long avec une hauteur de 27 mètres. Il pèse 50 tonnes à vide. Il possède tous les équipements nécessaires pour vivre à bord pendant trois mois : cuisine équipée, trois cabines… La cale est équipée d’un très grand frigo. Les marchandises seront sur palette, stabilisée par de grosses sangles pour sécuriser la marchandise.

C’est un bateau autonome en énergie avec des énergies vertes comme les panneaux solaires, les hydro générateurs et les éoliennes.

UNE NAVIGATION SÛR

Pour une première traversée vers l’Amérique, les marins navigueront tranquillement, ce n’est pas une course contre la montre. Chaque membre d’équipage devra tout faire et gérer n’importe quel problème qui pourrait survenir : pleine autonomie.

Beaucoup de nouveaux savoir-faire ont été réunis dans ce projet de cargo voilier. Deux traversées de trois mois sont planifiées chaque année. Il est prévu de lancer la construction d’un second bateau d’ici la fin 2020. L’objectif serait d’agrandir la flotte très rapidement ce que souhaite cette entreprise française bretonne pour importer toutes ses matières premières.

Cette traversée de l’atlantique représente une très grande et belle aventure humaine. Mais le fait de transporter à un moindre coût des marchandises est très encourageant même si nous savons que contrer les gros cargos sera très difficile. Ce cargo voilier est un moyen de transport plus écologique et sûrement à développer.

Il y a quelques mois, une goélette appelé « Le Gallant », un navire marchand, est arrivée du Portugal pour livrer ses trente-cinq tonnes de marchandises à Noimoutier (Vendée) en utilisant que les voiles pour voguer sur les océans.

Faut-il multiplier ces cargos voiliers pour le respect de notre planète et, en parallèle, améliorer les transports maritimes actuels ?

Morgane Nenert (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SANTÉ) La misophonie la maladie qui n’aime pas le bruit !

16 janvier 2021 —  Bruits de mastication, d’une craie sur un tableau, ou simplement d’un crayon tombé par terre… tout ça vous agace au plus haut point ? Vous êtes peut-être misophone. Gros plan sur cette maladie qui déteste le bruit.

Franchement, être agacé par un bruit de mastication le matin au petit déjeuner, quoi de plus normal ? En revanche, si le moindre mâchonnement de chewing-gum, reniflement ou léger bruit de pas ou même brossage de dents éveille en vous l’irrépressible envie de tuer quelqu’un, vous êtes peut-être misophone.

La misophonie, où littéralement « haine du son », est un trouble neuropsychique rarement diagnostiqué mais commun, caractérisé par des états psychiques forts désagréables (colère, haine, anxiété, rage, dégout) déclenchés par des sons spécifiques. L’intensité des sons, qui peut être élevée ou faible, peut provoquer des émotions négatives et particulièrement intenses. Elle apparaît à un très jeune âge, durant l’enfance, ou pendant l’adolescence, et s’aggrave avec l’âge de 8 ou 9 ans.

« VULNÉRABLE À CHAQUE INSTANT »

Les personnes touchée par ce dysfonctionnement du cerveau expliquent vivre un calvaire au quotidien. Que pour eux, les bruits ne sont pas seulement dérangeant, mais ils sont insupportables.

« Être misophone, c’est se sentir vulnérable à chaque instant, explique une personne atteinte par la maladie au site Planet. Il n’y a pas un jour où je ne pense pas aux stratégies d’évitement que je pourrais mettre en place pour améliorer mon quotidien. Je suis obligée de porter des boule-quies au travail, lors d’un dîner entre amis, ou encore au cinéma. Cela veut dire garder les cheveux détachés, même lorsqu’il fait très chaud, pour que cela ne se voit pas. Beaucoup de personnes ont conscience que les bruits me dérangent, mais elles ignorent à quel point. »

La misophonie, qui se distingue de la phonophobie (la crainte d’avoir à écouter un bruit, de peur qu’il ne soit insupportable) et de l’hyperacousie (une hypersensibilité de l’ouïe : celle-ci peut entraîner de fortes douleurs après n’importe quel type de bruit), ne possède pas encore de traitement médical. Des pistes sont explorées, mais le casque anti-bruit ou avec de la musique dans les oreilles reste aujourd’hui le meilleur remède.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-11-16T17:35:23+01:0016 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser