Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

10 juin 2020 – Dans une interview donnée à OR NORME, l’archéologue aborde un mystère qui reste à ce jour sans réponse, celui de sarcophages un peu particuliers.

En effet, entre 2018 et 2019, Frédéric Colin et son équipe mettent au jour trois sarcophages enterrés dans un remblai de construction, juste sous la chaussée processionnelle du temple de Thoutmosis III près de Louxor. Fait étonnant quand on sait que la tradition en Égypte antique était de placer les sarcophages dans une pièce funéraire et pas dans le sol.

DE SURPRISE EN SURPRISE

Mais l’équipe n’était pas au bout de ses surprises. En plus d’une sépulture peu commune pour l’époque, les sarcophages n’avaient pas été enterrés à cet endroit en premier lieu, puisque la couche sédimentaire qui les entourait était plus « jeune » qu’eux.

À l’ouverture des sarcophages, les archéologues ont pu constater qu’ils avaient été forcés et que les linceuls qui enserraient les momies étaient eux aussi plus « jeunes » qu’elles. La conclusion semble évidente : les momies ont été déplacées et leurs linceuls changés. « Nous sommes donc face à une inhumation multiple, puisque plusieurs corps ont été retrouvés au même endroit, secondaire puisqu’il ne s’agit pas du premier lieu de sépulture et simultanée dans la mesure où les sarcophages ont été ré-enterrés au même moment », confie Frédéric Colin dans son interview.

À l’intérieur de ces sarcophages, l’équipe à découvert une ribambelle d’objets particulièrement intéressants parmi lesquels plusieurs vases, un trousseau à maquillage, un appui-tête, des rasoirs

Une foule de questions surgissent de cette découverte : où ces sarcophages avaient-ils été inhumés pour la première fois, quand ont-ils été déplacés, sont-ils le résultat d’un pillage de tombe ou d’une pratique funéraire encore inconnue… ? Le mystère reste entier.

La rédaction btlv.fr (source OR NORME)