fbpx

(ENVIRONNEMENT) 10 000 dauphins sont morts en 2019

19 février 2021 – Liées aux méthodes de pêche non sélectives, les captures accidentelles auraient entraîné la mort de plus de 10 000 dauphins en 2019, d’après les estimations de l’institut Pélagis. En l’absence de mesures d’urgence cela pourrait mener à terme « à la disparition de cette espèce, qui se reproduit lentement et qui est pourtant censée être protégée par la loi», s’inquiète France Nature Environnement (FNE).

Un dauphin commun à bec court échoué sur une plage

Selon Pélagis, depuis le 1er janvier, près de 450 petits cétacés se sont échoués sur la façade Atlantique (dont 90% de dauphins communs) répartis du Finistère aux Landes. À date équivalente, le premier mois de 2021 représente des effectifs presque deux fois supérieur à 2020 (voir également le communiqué de FNE).

Pour documenter l’ampleur du problème, Sea Shepherd (ONG de préservation des océans) mène, entre autres, des actions pour filmer les dauphins pris dans les filets des pêcheurs, dans le golfe de Gascogne, pendant la nuit.

Pas d’agissement du côté du gouvernement et aucune piste lors d’une énième réunion du 16 février. France Nature Environnement attaque en justice le gouvernement français afin que des mesures soient prises et pour renforcer les mesures de suivi scientifique. Comme le ministère de la Mer refuse de prendre des mesures drastiques pour que soient évité les prises accidentelles de cétacés dans les filets, la fédération d’associations environnementales emploi donc les grand moyens pour contrer « méthodes de pêche les plus néfastes», elle saisit la justice pour les suspendre pendant l’hiver.

Elodie Martinie-Cousty, pilote du réseau Océans, mers et littoraux de FNE explique qu’ « aucune des mesures prises par le gouvernement français ne permet de réduire en urgence la mortalité des dauphins dans les filets de pêche comme l’avait demandé la Commission européenne à la France ». En effet, Ciem (Conseil international pour l’exploration de la mer) recommande pendant l’hiver, la fermeture des méthodes de pêche responsables des captures et une réduction de l’effort de pêche de 40% dans le golfe de Gascogne ; la ministre de la Mer refuse.

Pour FNE, il va falloir des actions après les discussions, d’ailleurs, si son recours aboutit, le gouvernement se verrait dans l’obligation de fermer temporairement, les « méthodes de pêche les plus néfastes » cet hiver. Ce sujet n’est pas à prendre à la légère car les dauphins, comme les baleines, sont des espèces menacées d’extinction.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Les Extraterrestres pourraient bien nous observer

24 juin 2021 : Vous aurez remarqué que lorsque l’on parle de la vie ailleurs dans l’univers, on parle d’une vie extraterrestre, sans jamais évoqué la possibilité que ces mêmes E.T puissent la rechercher également. Pourtant, si la vie existe ailleurs, on peut imaginer que les chercheurs qui y vivent puissent rechercher eux aussi une vie qui leur serait exogène. Dans ce cadre-là, une étude révèle qu’il existe plus de 1700 systèmes stellaires dans lesquels les extraterrestres, s’ils existaient, auraient pu repérer la Terre. Une recherche poussée montre qu’il existe actuellement 1004 systèmes stellaires en mesure d’observer notre planète croiser devant le soleil, et c’est dans ce cadre que les astronomes identifient actuellement les exoplanètes de notre point de vue ici sur Terre. Souhaitant alors encore plus loin l’astrophysicienne Lisa Kaltenegger s’est demandé comment la position, en constante évolution, des étoiles dans l’espace pourrait avoir un impact sur ce nombre.

UNE BASE DE DONNÉES IMPORTANTE

Pour avancer dans cette réflexion, les chercheurs ont pu consulter une importante base de données créée par l’Agence spatiale européenne qui cartographie le mouvement d’un nombre impressionnant de 331 000 étoiles situées à environ 325 années-lumière du soleil.

En prenant à titre d’exemple et pour référence l’idée que les civilisations sont apparues sur Terre pour la première fois il y a environ 5 000 ans, les scientifiques en ont conclu qu’il y avait 1 715 systèmes stellaires qui auraient été en mesure de détecter notre planète à un moment donné pendant cette période. D’autre part, prenant en compte que 313 de ces systèmes se sont depuis déplacés dans une région de l’univers où ils ne peuvent désormais plus nous voir, 319 autres pourront découvrir la Terre dans les 5 000 prochaines années.

UNE VIE INTELLIGENTE PEUT CAPTER NOS ÉMISSIONS RADIO 

Dans ce cadre et en réduisant les possibilités qu’une espèce réelle de vie intelligente nous trouve ici sur Terre, les scientifiques ont déterminé qu’il existe 75 systèmes stellaires qui se trouvent à moins de 100 années-lumière de notre planète et qui, par conséquent, auraient pu capter des émissions de radio émanant de notre planète depuis que les humains ont développé cette technologie il y a 100 ans. Ces mêmes scientifiques pensent que 29 de ces régions possèdent des planètes rocheuses sur lesquelles le développement de la vie aurait été possible. Dans les endroits où des exoplanètes ont déjà été confirmées, les chercheurs ont trouvé sept de ces systèmes stellaires au sein des 2 034 répertoriés. Trois d’entre eux sont actuellement en mesure de voir notre planète.

Dans un communiqué de presse (en anglais) détaillant les résultats de cette étude, l’astrophysicienne Lisa Kaltenegger déclare :  « Notre analyse montre que même les étoiles les plus proches passent généralement plus de 1 000 ans dans une région d’où elles peuvent voir la Terre….si nous supposons que l’inverse est vrai, cela fournit une chronologie saine pour que les civilisations nominales identifient la Terre comme une planète intéressante ». Prenant en compte la jeunesse de notre conquête spatiale la chercheuse rajoute « on peut imaginer que les mondes au-delà de la Terre qui nous ont déjà détectés font les mêmes plans pour notre planète et notre système solaire ». Décidément, il n’a jamais été autant question de la vie extraterrestre. Les plus croyants en la réalité de la vie ailleurs sont persuadés que l’on nous y prépare.  

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-02-20T09:37:46+01:0019 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser