fbpx

(ENVIRONNEMENT) Le sapin de Noël est-il nocif pour l’environnement ?

20 décembre 2020 — Noël sans un sapin, est-ce vraiment possible ? Cette ancienne tradition ancrée en France représente l’esprit de fête mais certaines interrogations sont nées sur les conséquences pour notre environnement. Entre sapin naturel et sapin artificiel, découvrez lequel est favorisé cette année pour des fêtes écolos.

Le sapin est un rite ancien qui, à l’origine, célèbre le solstice d’hiver, l’épicéa quant à lui, est l’arbre de l’enfantement et a toujours représenté le 24 décembre qui était le jour de renaissance du soleil pour l’hémisphère nord. Le côté chrétien est apparu au IVe siècle et Noël devient la fête de la nativité, puis en 1521 le sapin fut nommé « arbre de Noël » en Alsace, les illuminations, elles, remontent aux XVIIe siècle.

DES CHIFFRES CONCRETS  

Une étude nommée « Kantar » a pu répertorié beaucoup de chiffres et de données. En 2019, les français ont acheté 6,9 millions de sapins dont 5,8 millions de sapins naturels. Donc 84 % des sapins provenaient de la nature contre 16 % artificiels. Mais 80 % des sapins naturels sont produits dans le pays.

Le coût moyen pour un arbre est de 27,2 euro alors qu’en 2010 il était de 23,2 euro. 2019 a donc rapporté 158,9 millions d’euro de chiffre d’affaire, le marché en donc en forte hausse avec le temps. Il permet aussi de créer de l’emploi avec 1 000 postes permanents mais aussi 5 000 postes saisonniers dans des régions parfois défavorisées.

DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX A CAUSE DU SAPIN DE NOËL ?

Les sapins de taille moyenne vivent entre 7 et 10 ans alors qu’il sert aux humains en période de fête uniquement une trentaine de jours. Nous devons tous rechercher un sapin naturel respectueux de l’environnement ou alors se pencher vers l’alternative des « faux » sapins.

L’AFSNN, L’Association Française du Sapin de Noël Naturel, produit des sapins naturels français « raisonnée et contrôlée ». Des sapins qui sont cultivés en France et qui s’étendent particulièrement dans le Morvan (Bourgogne) et en Franche-Comté (environ 5 000 ha en France sur 52 départements).

Parmi les sapins, on retrouve plusieurs variétés sur le marché : Nobilis, Pungens, Omorika… Mais le plus vendu et le préféré des français est le Nordmann, il détient plus de 78,3 % des parts de marché en volume. Le très connu Epicéa est de moins en moins acheté (18,6 % du marché) alors qu’il est cultivé pour l’occasion et n’entraine pas de déforestation. Mais il a été délaissé pour son plus gros inconvénient, la perte de ses aiguilles au bout de seulement deux semaines voir moins.

Contrairement aux vigoureux Nordmann qui est d’après l’AFSNN « l’espèce la plus achetée par les Français en raison de son beau vert luisant, de ses aiguilles souples qui ne piquent pas et surtout qui restent longtemps sur l’arbre ». Mais sa production se fait principalement dans les pays de l’Est et du Danemark donc des conditions inconnues.

Au niveau écologie, les pesticides utilisés par certains agriculteurs, comme le diazinon, sont comme un poison pour les oiseaux, les poissons mais aussi les êtres humains. S’il pleut, les pesticides s’infiltrent dans le sol puis contaminent la nappe phréatique. Le point positif est que la culture des sapins peut rendre plus stable les sols grâce à un système racinaire, qui lui peut continuer des milliers d’années. Les sols deviennent avec le temps moins lisses et plus perméables, ce qui empêche le ruissellement et donc les inondations ainsi que les glissements de terrain.

On peut finalement conclure qu’il y a de nombreux avantages et d’inconvénients pour les sapins naturels. Certaines solutions alternatives pourraient être mise en place pour que leur culture soit écologique. Pour l’achat d’un sapin, pensez donc à privilégier un achat local et qui sera sûrement plus respectueux pour l’environnement.

Morgane Nenert (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-20T09:39:37+01:0020 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser