fbpx

(ESPACE) À bord de l’ISS, la nourriture en tube, c’est fini !

23 novembre 2020 — On le sait la vie dans l’espace est vraiment très compliquée pour beaucoup de choses : se laver, dormir, manger, etc. Bref, c’est compliqué pour tout, et il est difficile de s’habituer à certaines pratiques comme la nourriture en tube. On vient de l’apprendre grâce au cosmonaute Sergei Kud-Sverchko, la nourriture en tube, c’est fini. Parti pour la station internationale le 14 octobre dernier, le cosmonaute russe vient de dévoiler sur twitter comment on prenait ses repas à 400 kilomètres de la Terre. Le Russe a expliqué que chaque astronaute reçoit des rations individuelles dans lesquelles la nourriture est emballée dans des sacs et présentée sous forme de produits lyophilisés. Une boite, que Kud-Sverchkov a déballée dans une vidéo publiée sur la page Twitter personnelle de l’astronaute, contient des rations alimentaires pour une personne pendant 16 jours. Sergey a montré de la soupe, du pain et du poisson en conserve dans une boite métallique comme exemples de nourriture. https://twitter.com/i/status/1330451323930685440

VÉHICULE CARGO POUR DÉLIVRER LES CONTENEURS REPAS

L’été dernier, depuis le cosmodrome de Baïkonour on avait procédé au lancement d’une fusée Soyouz-2.1a avec le véhicule cargo Progress MS-15.

La charge utile comprenait également de la nourriture pour les cosmonautes, qui, en plus de la ration standard, comprenait de la nourriture pour les commandes personnelles des membres russes de l’expédition. La principale ration alimentaire, livrée par Progress, comprenait des fruits (pommes, pamplemousses et oranges), des sauces (adjika et fruit pomme-canneberge), du lait concentré, des airelles rouges broyées et de la purée d’abricot séché, des biscuits au pain d’épices, des craquelins, des amandes et des noisettes, jus d’abricot et de pomme, concentrés de fruits, thé au sucre et cacao au lait, agneau, béluga et esturgeon, langue de bœuf, bortsch à la viande fumée, soupe de chou vert, fromage cottage aux noix et purée de cassis.

Il s’agit du premier vol de Sergei Kud-Sverchkov, qui est le commandant cette mission.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-11T13:26:42+01:0023 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser