fbpx

(ESPACE) C’est officiel le télescope James Webb va enfin partir

10 septembre 2021 – Le télescope spatial James Webb, le successeur d’Hubble a une nouvelle date de lancement prévue pour le 18 décembre 2021. Le télescope spatial sera lancé depuis Kourou, en Guyane, afin d’observer les confins de notre univers.

Cette nouvelle date du 18 décembre a été fixée par Arianespace et la NASA. Le télescope est en effet le fruit d’une collaboration entre les deux agences. Il a été construit aux États-Unis sous la direction de la NASA, et incorpore des instruments des agences spatiales européennes, en plus de l’agence spatiale canadienne. Le télescope James Webb est un bijou de technologie, d’un poids de 6,5 tonnes, il est aussi doté miroir dépliable de plus de 6 mètres de diamètre. Pour son développement un budget d’environ 10 milliards de dollars a été nécessaire. Le lancement de James Webb est très attendu dans le monde de l’astronomie car il s’agit du plus grand et du plus puissant télescope qui ait jamais été lancé. Un lancement d’autant plus attendu, car il a eu beaucoup de retard puisque initialement, il devait être lancé en 2007. En effet, sa construction s’est avérée très complexe d’où les nombreux reports. Quoi qu’il en soit, le James Webb devrait être fin prêt pour l’échéance du 18 décembre 2021.

UN TÉLESCOPE AUX NOMBREUSES MISSIONS

En tant que digne successeur d’Hubble, le télescope James Webb aura de nombreuses missions à remplir une fois que sa mise en orbite aura été effectuée. La mise en orbite du télescope James Webb se fera au niveau du Soleil, à 1,5 million de kilomètres de la Terre, soit bien au-delà des limites d’Hubble, qui opère à 600 km d’altitude depuis 1990. Il sera en fait positionné au point Lagrange L2. Une position depuis laquelle le télescope ne tournera pas autour de la Terre, mais accompagnera sa course autour du soleil ce qui lui permettra de profiter de l’ombre perpétuelle de notre planète et donc d’observer l’espace avec un minimum de perturbation lumineuse. Depuis cette position idéalement choisie, Le télescope James Webb aura de nombreuses missions d’observation. La plus importante d’entre elles sera de remonter le temps en traquant la lumière émise par les premières étoiles et galaxies nées après le Big Bang. Le lancement du télescope James Webb sera donc un événement astronomique majeur comme il n’y en a pas eu depuis longtemps.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-10T11:13:40+02:0010 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser