fbpx

(ESPACE) Combien d’humains pourraient vivre sur la Lune ?

5 janvier 2021 – Si nous devions coloniser la Lune, combien de personnes notre satellite naturel pourrait accueillir ? Les scientifiques qui ont planché sur la question prennent tout d’abord en compte la surface « habitable ». La Lune, ayant une superficie d’approximativement 15.9% de celle des parties terrestres de notre planète, pourrait accueillir des milliards d’humains, si la concentration de la population était celle de nos villes les plus denses. Seulement, la Lune est bien moins viable que notre abondante planète, celle qui nous offre tant pour vivre dans de bonnes conditions. En effet, Darby Dyar professeur d’astronomie au Mount Holyoke College (Massachusetts) et chercheur au Planetary Science Institute (Arizona) rappelle que « c’est un endroit plutôt stérile et que la nouvelle « niche » est très inhospitalière pour les humains ». D’abord, la Lune ne possède pas, comme la Terre, de champ magnétique qui protégerait ses habitants des tempêtes solaire. Puis, il ne s’y trouve pas d’atmosphère avec un air respirable, ni d’écosystème pour produire des vivres et il n’y a pas d’accumulation d’eau à la surface grâce aux précipitations que l’on connait sur Terre. Cependant, nous savons désormais que beaucoup d’eau est disponible sur la surface de la Lune (voir l’article : La NASA annonce de l’eau en abondance sur la Lune). Malheureusement, extraire cette eau demanderait des coûts colossaux et énormément d’énergie. En effet, Markus Landgraf, chef de projet lunaire à l’Agence spatiale européenne estime que  les 20 premiers habitants pourraient utiliser de l’eau qui aurait été transportée depuis la Terre et user des techniques (recyclages des eaux usées, de l’urine et même la sueur des êtres) développées sur l’ISS (Station spatiale internationale) même si elles seraient probablement insuffisantes et insatisfaisantes à long terme.

COMMENT FAIRE RESPIRER UNE POPULATION LUNAIRE ?

Avec la technologie nous pourrions envisager de pouvoir faire survivre quelques centaines de personnes sur la Lune. Markus Landgraf explique : « les gens ne consomment pas beaucoup d’air, et pendant longtemps, nous n’aurons pas besoin de générer de l’air sur la Lune. Nous pouvons l’apporter. Les coûts de transport pour cela sont encore gérables ». En revanche pour des dizaines de milliers de personnes l’oxygène devrait être synthétisé sur la Lune. Le coût en serait fortement augmenté même si la technologie pourrait rendre le processus moins cher, souligne Markus Landgraf. L’oxygène étant nécessaire à la propulsion de véhicules spatiaux, « il est plus logique sur le plan économique de construire des générateurs d’oxygène sur la Lune pour la propulsion des fusées, plutôt que pour l’eau potable et l’air pour les colons ». Cette réduction de coûts de production, ferait baisser le prix de l’air pour les habitants de la Lune. Enfin, pour l’agriculture sur le Lune, il suffirait de reproduire ce qui se passe naturellement sur Terre grâce à des dômes qui, de manière artificielle imiterait un écosystème favorable afin de pouvoir nourrir plusieurs milliers de personnes.

Tous ces défis étant pris en considération, Darby Dyar a le sentiment « que la colonisation de la Lune dépendra de notre apport d’hydrogène » mais le transport serait également coûteux : environ 180’000 euros par kilogramme. Pourrions-nous en produire sur place comme on le fait de plus en plus efficacement sur Terre ? Voir l’article : Un réacteur modulaire produit 2000 kilos d’hydrogène par heure.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Cet astéroïde vaut 7 Millions de fois l’économie sur Terre !

23 janvier 2021 – Situé entre Mars et Jupiter, cet astéroïde, entièrement composé de métaux, présente des caractéristiques hors du commun…

L’astéroïde « Psyche 16 » est multi-trillionaire ; sa valeur est en effet estimée à environ 630 Trillions d’Euros.

Une belle somme, mais pourtant, ce n’est pas la raison pour laquelle la NASA y enverra un orbiteur, en 2022. Parce qu’en plus d’être plein de richesses, l’astéroïde pourrait aussi nous en apprendre beaucoup sur la façon dont se serait formé notre système solaire…

UN NOYAU SEMBLABLE A CELUI DE LA TERRE

Même à long terme, l’étude de Psyche 16 n’a aucun but mercantile. En revanche, il donnera aux chercheurs l’opportunité d’observer la Terre…

Plus exactement, ce qui se rapproche le plus du noyau de notre planète. Il s’agira de réaliser sur cet astéroïde, ce qu’il est impossible de réaliser sur Terre, puisqu’il faudrait en effet creuser jusqu’à 3 000 kilomètres de profondeur, afin d’observer le noyau terrestre, ce qui est impossible. Etudier Psyche 16, permettra à la NASA de mieux comprendre le fonctionnement de notre cœur terrestre.

Les scientifiques tenteront par exemple, de déterminer pourquoi le magnétisme des pôles finit par s’inverser au fil du temps.

UN ASTÉROÏDE VRAIMENT UNIQUE

L’astéroïde fut découvert en 1852 par Annibale De Gasparis. L’astronome italien n’imaginait alors pas qu’il venait de repérer une telle rareté, dans sa lunette d’observation.

Lors de leurs formations, les astéroïdes agrègent les éléments lourds d’étoiles ayant explosés, parce qu’en fin de vie, au cours des précédents milliards d’années. C’est d’ailleurs de cette façon que sont nés des métaux comme l’or, l’arent ou le platine, et même des éléments vitaux à notre survie, tel que l’oxygène.

Ce qui rend Psyche 16 si spécial, c’est que là ou les astéroïdes sont habituellement constitués d’amas de roches ou de glace, ce dernier est surtout composé de fer, de nickel et certainement d’or. A l’échelle du cours actuel de tous ces métaux, cela représenterait une valeur astronomique, équivalente à 7 Millions de PIB mondiaux (le PIB mondial représentait 84 798 Milliards de dollars, en 2019).

Il aura fallu attendre le lancement du télescope Hubble, en 2014, pour se rendre compte des particularités de cet astéroïde géant.

Mais l’observation de Psyche 16 n’en est qu’à ses balbutiements. En effet, la « mission Psyche », ne décollera qu’en août 2022, avec, nous l’espérons, son lot de découvertes surprenantes.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-01-05T15:25:55+01:005 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser