fbpx

(ESPACE) De la vie serait détectée sur Vénus ?

24 novembre 2020 – le lundi 14 septembre, des chercheurs gallois et américains avait annoncé avoir repéré de la phosphine (PH3) sur Vénus. C’est un composé gazeux que l’on sait synthétiser sur Terre et que l‘on retrouve dans les pesticides. Même si c’est un composé toxique, la production en continue de ce gaz peut être expliqué par une activité biologique. Vénus nous montre donc que Mars n’est peut-être pas l’unique planète du système solaire où l’on pourrait trouver des traces de vie, qu’elles soient présentes ou passées.

L’excentricité orbitale de la Terre se trouve entre celle de Vénus et de Mars, Vénus étant quant à elle, plus proche du soleil. Les Américains et les Européens sont engagés sur des missions visant à récolter des échantillons qui pourraient contenir des traces fossiles de micro-organismes de la planète rouge.

Même la fournaise de Vénus atteint plus de 450 °C près de sa surface et que de l’acide sulfurique si trouve en abondance, la vie pourrait être au rendez-vous sur le globe Vénusien. C’est d’ailleurs cet acide sulfurique qui compose l’atmosphère nuageuse de Vénus et qui l’a fait briller, d’où son nom bien connu : l’« étoile du berger ». Ces mêmes couches nuageuses ne permettent pas en revanche de rendre sa surface visible et, seulement des équipements pointus peuvent permettre d’appréhender sa surface.

la phosphine (PH3)

DE LA VIE DANS LES NUAGES DE VENUS

Ce sont dans les nuages de Vénus que la vie pourrait s’être développée, là où les températures et la pression sont proches des conditions de la Terre. Carl Sagan, le célèbre planétologue (animateur de la série télévisée Cosmos dans les années 80), avait écrit en 1967 dans un article publié par la revue Nature, que les vénusiens pourraient fournir une « niche habitable » à la vie. Depuis, des scientifiques ont pu théoriser des raisons et des conséquences d’un éventuel développement de la vie dans les nuages de Vénusiens. La phosphine serait une de ces conséquences et donc, une éventuelle preuve de la présence de micro-organismes naviguant dans les nuages de Vénus.

Pour mesurer la présence de phosphine, des sondages des micro-ondes émis par Vénus ont été réalisés. Les télescopes James Clerk Maxwell (basé à Hawaï) et l’Atacama Large Millimeter Array (désert chilien de l’Atacama) ont, à deux années d’intervalle, été pointés vers Vénus. La signature de la phosphine a alors été repérée. C’est ce type de sondage qui permet habituellement d’étudier la haute atmosphère de Vénus.

la phosphine (PH3)

LES FRANÇAIS NE SONT PAS D’ACCORD

L’étude aurait mis en évidence qu’il y aurait 20 molécules de phosphine par milliards de molécules d’air vénusien (composé essentiellement de CO2). Les 2 télescopes s’accordant sur le résultat, cela ne fait pas l’unanimité. Une récente publication d’une équipe française du Lesia (laboratoire d’Etudes Spatiales et d’Instrumentation en Astrophysique) remet en cause la présence de cette molécule. Pour soutenir leurs travaux, on peut rappeler que l’on détecte aussi de la phosphine dans l’atmosphère de Jupiter alors qu’on sait que la présence de cette molécule est le résultat des conditions physico-chimiques de la géante gazeuse. Les exobiologistes parlent alors d’une présence abiotique qui pourrait être une explication de la présence de phosphine sur Vénus.

LA NASA SE PRÉPARE POUR VENUS

Les scientifiques Hitchcok et Lovelock avaient, encore en 1967 en parlant de Mars : « Toute forme de vie qui interagit avec son atmosphère conduira cette atmosphère à un état de déséquilibre qui, s’il est reconnu, constituera également une preuve directe de la vie, à condition que l’ampleur du déséquilibre soit sensiblement plus importante que ce que les processus non biologiques permettraient. Il est démontré que l’existence de la vie sur Terre peut être déduite de la connaissance des composants majeurs et traces de l’atmosphère, même en l’absence de toute connaissance de la nature ou de l’étendue des formes de vie dominantes. La connaissance de la composition de l’atmosphère martienne peut également révéler la présence de la vie dans cette atmosphère. »

Alors qu’on ne connaît pas de moyen de préserver la phosphine dans des atmosphères de type terrestre, comme celles de Vénus, Mars ou d’une exoplanète, ce composé serait une preuve tangible de la présence de la vie. D’ailleurs, Jim Bridenstine (administrateur de la NASA) souhaite faire de Vénus une nouvelle priorité. La NASA semble n revanche, avoir des concurrents qui pourraient allez sur Vénus avant elle, la course est lancée.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Cet astéroïde vaut 7 Millions de fois l’économie sur Terre !

23 janvier 2021 – Situé entre Mars et Jupiter, cet astéroïde, entièrement composé de métaux, présente des caractéristiques hors du commun…

L’astéroïde « Psyche 16 » est multi-trillionaire ; sa valeur est en effet estimée à environ 630 Trillions d’Euros.

Une belle somme, mais pourtant, ce n’est pas la raison pour laquelle la NASA y enverra un orbiteur, en 2022. Parce qu’en plus d’être plein de richesses, l’astéroïde pourrait aussi nous en apprendre beaucoup sur la façon dont se serait formé notre système solaire…

UN NOYAU SEMBLABLE A CELUI DE LA TERRE

Même à long terme, l’étude de Psyche 16 n’a aucun but mercantile. En revanche, il donnera aux chercheurs l’opportunité d’observer la Terre…

Plus exactement, ce qui se rapproche le plus du noyau de notre planète. Il s’agira de réaliser sur cet astéroïde, ce qu’il est impossible de réaliser sur Terre, puisqu’il faudrait en effet creuser jusqu’à 3 000 kilomètres de profondeur, afin d’observer le noyau terrestre, ce qui est impossible. Etudier Psyche 16, permettra à la NASA de mieux comprendre le fonctionnement de notre cœur terrestre.

Les scientifiques tenteront par exemple, de déterminer pourquoi le magnétisme des pôles finit par s’inverser au fil du temps.

UN ASTÉROÏDE VRAIMENT UNIQUE

L’astéroïde fut découvert en 1852 par Annibale De Gasparis. L’astronome italien n’imaginait alors pas qu’il venait de repérer une telle rareté, dans sa lunette d’observation.

Lors de leurs formations, les astéroïdes agrègent les éléments lourds d’étoiles ayant explosés, parce qu’en fin de vie, au cours des précédents milliards d’années. C’est d’ailleurs de cette façon que sont nés des métaux comme l’or, l’arent ou le platine, et même des éléments vitaux à notre survie, tel que l’oxygène.

Ce qui rend Psyche 16 si spécial, c’est que là ou les astéroïdes sont habituellement constitués d’amas de roches ou de glace, ce dernier est surtout composé de fer, de nickel et certainement d’or. A l’échelle du cours actuel de tous ces métaux, cela représenterait une valeur astronomique, équivalente à 7 Millions de PIB mondiaux (le PIB mondial représentait 84 798 Milliards de dollars, en 2019).

Il aura fallu attendre le lancement du télescope Hubble, en 2014, pour se rendre compte des particularités de cet astéroïde géant.

Mais l’observation de Psyche 16 n’en est qu’à ses balbutiements. En effet, la « mission Psyche », ne décollera qu’en août 2022, avec, nous l’espérons, son lot de découvertes surprenantes.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-11-24T18:14:29+01:0024 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser