fbpx
x

(ESPACE) Des astronomes ont identifié une nouvelle classe d’exoplanètes susceptible d’abriter la vie

31 août 2021 – Selon un trio d’astronomes, une vie extraterrestre serait susceptible de prospérer sur des exoplanètes dites « hycéennes ». Il s’agit de planètes couvertes d’eau qui sont jusqu’à 2,5 fois plus grosses que la Terre, avec des océans et des atmosphères riches en hydrogène.

Pour trouver une planète susceptible d’abriter une vie extraterrestre, un grand nombre d’astronomes se sont mis à la recherche de planètes semblables à la Terre, aussi appelées exo-Terres. Cependant, le trio de chercheurs de l’université de Cambridge à l’origine de cette nouvelle classe de planète a suivi un schéma différent. Ils se sont donc mis à la recherche de planètes dite “hycéennes”, qui sont plus grosses et plus chaudes que la nôtre, elles ont donc l’avantage d’être plus facile à observer que les exoterres. Les planètes de ce type sont nombreuses dans toute la galaxie et pourraient probablement héberger une vie microbienne similaire à celle qui prospère dans certains des environnements les plus difficiles de la Terre selon les chercheurs. Notons cependant que cela reste hypothétique, car la pression et la température dans ses planètes pourrait être trop forte pour permettre l’apparition de la vie.

DES PLANÈTES PLUS FACILE À DÉTECTER

Le grand avantage de ses planètes hycéennes, c’est qu’elles sont plus faciles à détecter que les exo-Terres. Notamment au niveau de leur biosignature qui permettrait de savoir si elles abritent ou non de la vie. Pour les chercheurs les planètes hycéennes pourraient même être facilement détectables grâce à des observations spectroscopiques qui deviendront plus précises dans un futur proche. Une détection bien plus aisée qui serait liée à leurs tailles plus grandes, leurs températures plus élevées et de leurs atmosphères plus riches en hydrogène. À cela s’ajoute le fait  que les planètes hycéennes sont des endroits propices pour trouver des gaz potentiels de bio signature comme l’oxygène et le méthane. Ainsi, il est possible que dans un futur proche les premières traces de vie extraterrestre ne seront pas trouvées sur une exo-Terre, mais sur une planète hycéenne.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-08-31T11:40:39+02:0031 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser