fbpx

(ESPACE) Des naissances humaines et animales seront peut-être possible sur Mars

14 juin 2021 — Des chercheurs japonais ont découvert que le sperme de souris, exposé à des niveaux élevés de rayonnement cosmique pendant près de six ans, restait fertile. De plus, les scientifiques ont découvert qu’en conséquence, il a donné naissance à 168 « souris de l’espace » en bonne santé et sans particularité génétique.

DU SPERME LONGUE CONSERVATION

Selon les calculs de l’équipe, le sperme lyophilisé peut être stocké à bord d’une sonde pendant au moins 200 ans !

De la semence animale a été stockée sur la Station spatiale internationale sous forme lyophilisée. Après son retour sur Terre, elle a subi une procédure de réhydratation. Le biologiste et auteur principal de l’étude, Teruhiko Wakayama, a noté que la différence entre les souris fécondées avec du sperme cosmique et le sperme qui est resté sur notre planète est très faible.

En 2013, Wakayama et ses collègues de l’Université de Yamanashi au Japon ont envoyé trois containers sur l’ISS, chacun  doté de 48 ampoules de sperme lyophilisé de souris. Les scientifiques ont renvoyé les containers sur Terre. Le premier a atterri au bout de neuf mois, le second deux ans plus tard, et enfin le troisième six ans plus tard. Tous les bébés souris nés de sperme provenant de l’espace étaient en bonne santé et ne présentaient aucune mutation.

L’ADN N’EST PAS ENDOMMAGÉ PAR LES RAYONNEMENTS

Le but de l’expérience était de découvrir si une exposition prolongée aux rayonnements dans l’espace endommagerait l’ADN des cellules reproductrices ou provoquerait des mutations chez la progéniture. Comme le notent les auteurs de l’étude, il est très important de le savoir avant qu’une personne ne commence à voler vers Mars ou à effectuer d’autres missions interplanètaires.

« À l’avenir, lorsque viendra le temps de migrer vers d’autres planètes, nous devrons préserver la diversité des ressources génétiques non seulement pour les humains mais aussi pour les animaux de compagnie », ont écrit Wakayama et ses collègues dans leur travail. « Pour des raisons de coût et de sécurité, il est probable que les cellules germinales stockées soient transportées par des engins spatiaux plutôt que par des animaux vivants. »

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-06-14T15:13:57+02:0014 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser