Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

29 juillet — Selon une théorie très controversée, des scientifiques veulent démontrer que les pieuvres constituent une anomalie dans la chaîne de l’évolution : elles présentent un niveau d’évolution inégalée par rapport aux autres organismes apparus sur terre à la même époque.

Cet article est paru dans la revue Progress in Biophysics and MolecularBiology. Parmi les 33 auteurs, certains proviennent d’universités renommées, comme Chandra Wickramasinghe, professeur honoraire à l’université de Buckingham (Royaume-Uni), un fervent adepte de la théorie de la panspermie(la panspermie est une théorie sur l’origine de la vie sur Terre qui explique que notre planète aurait été ensemencée par des germes extraterrestres).

Dans cette étude, les scientifiques établissent :

« L’hypothèse du rôle joué par les virus extraterrestres dans l’évolution terrestre a récemment été rendue plausible grâce au séquençage génétique et transcriptomique des céphalopodes ».

« Le génome de la pieuvre affiche un degré de complexité stupéfiant avec ses 33 000 gènes codeurs de protéine, soit plus que ceux présents chez l’homo sapiens ».

À une époque, où l’on envoie de plus en plus d’engins aux confins de l’Univers pour comprendre la création de l’Univers, on ne sait toujours pas comment et quand l’homme est apparu sur la Terre.

Cette théorie n’arrive pas à remplacer celle communément acceptée par la majorité des scientifiques : la soupe primitive, à un moment donné dans l’histoire de la Terre, les conditions auraient été favorables à la formation de molécules organiques complexes, qui se sont assemblées et sont à l’origine de formes de vie primitive.

François Deymier (rédaction btlv.fr)