fbpx

(ESPACE) Existe-t-il un univers miroir derrière le Big bang ?

9 février 2021 – Et si la thèse du cosmologiste Stephen Hawking ou de l’astrophysicien Grenoblois Aurélien Barrau était démontrée ? L’existence d’un univers parallèle appelé « multivers » est possible théoriquement. En effet, la physique quantique ou encore la relativité générale admettent la possibilité d’un ou de plusieurs multivers. Le problème actuel, et qui pourrait perdurer longtemps, est que nous n’avons aucune preuve observationnelle de cette idée digne d’un film de science-fiction. Philippe Brax, spécialiste de l’inflation au CEA souligne : « Il faudrait que dans le passé, notre Univers ait été en connexion causale avec un autre Univers, et en ait conservé la trace. Or, rien n’est moins sûr ». »

Pourtant, en 2016, un ballon-sonde stratosphérique de la NASA (expérience Anita) avait détecté 3 neutrinos de très haute énergie, signaux inexpliqués d’un possible autre univers, d’après certains chercheurs. Luis Anchordoqui de l’université de la Ville de New York, a fait la proposition suivante : ces neutrinos pourraient être la preuve qu’il existerait un univers miroir « de l’autre côté du big bang ». Il serait né en même temps que le nôtre mais le temps s’y écoulerait à l’inverse.

Latham Boyle et ses collègues de l’Institut Périmètre de physique théorique (Canada) avaient déjà imaginé ce modèle quelques mois plus tôt. Luis Anchordoqui a remarqué que si la matière noire s’était accumulée dans les glaces de l’Antarctique, les neutrinos issus de sa désintégration auraient la même énergie que celle des neutrinos d’Anita. Latham Boyle se questionne : « Cette coïncidence intrigue, et ce serait évidemment incroyablement excitant s’il pouvait s’agir d’un indice observationnel en faveur de notre modèle » mais le détecteur de neutrinos Ice Cube de l’Antarctique aurait dû découvrir des neutrinos similaires à ceux d’Anita. Ils sont donc vraisemblablement de simples artefacts du ballon-sonde de la NASA.

EXISTONS-NOUS EN DOUBLE ?

Difficile même de savoir si notre propre Univers est infini car la vitesse de la lumière ne nous permet d’observer 13,8 milliards d’années-lumière au maximum. Si l’on avait une preuve que l’Univers est infini alors, puisque dans l’infini tout ce qui a une probabilité de se produire se produit nécessairement, et même une infinité de fois, tout le monde aurait son double et même plusieurs, en fait, une infinité. Benjamin Wandelt, membre de la collaboration Planck précise que « pour l’instant, les meilleures mesures de la géométrie de l’Univers ne permettent pas de savoir s’il est infini ». La seule chose que l’on sait c’est qu’il mesure au moins 265 milliards d’années-lumière de rayon.

UN SIGNAL SUSPECT

En 2015, Ranga-Ram Chary du Caltech, avait détecté un signal à 143 GHz en cherchant des traces d’une collision de l’un de ces Univers avec le nôtre, dans le fond cosmologique. Rien ne semble expliquer ce signal mais « ce signal est bien réel » indique Jérôme Martin de l’Institut d’astrophysique de Paris, même si il ne prétend « pas qu’il s’agit de la marque d’un univers parallèle ». Il explique que « Le terme d’univers parallèles, pour ce multivers, n’est pas adéquat. Il s’agit finalement de différentes régions d’un même univers, même si elles sont causalement déconnectées, et même si elles contiennent des lois physiques différentes. Un véritable multivers serait celui de la physique quantique. »

TROUVERA-T-ON UN JOUR UN MULTIVERS ?

De fait, il y a toute une école de pensée qui clame que les univers parallèles ne pourront jamais être détectés, Ranga-Ram Chary déclare que « si ce n’est pas testable, alors ce n’est juste pas une théorie scientifique. » Jérôme Martin souligne qu’ « il faut se méfier de ceux qui assurent que les multivers resteront pour toujours en dehors du champ de la science. Ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera peut-être pas demain. »

Voir aussi : « 3 cosmologistes auraient découvert la forme de l’Univers » et l’émission « Univers, trous noirs et espace-temps » avec Jean-Pierre Luminet (réservé aux abonnés).

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Les Extraterrestres pourraient bien nous observer

24 juin 2021 : Vous aurez remarqué que lorsque l’on parle de la vie ailleurs dans l’univers, on parle d’une vie extraterrestre, sans jamais évoqué la possibilité que ces mêmes E.T puissent la rechercher également. Pourtant, si la vie existe ailleurs, on peut imaginer que les chercheurs qui y vivent puissent rechercher eux aussi une vie qui leur serait exogène. Dans ce cadre-là, une étude révèle qu’il existe plus de 1700 systèmes stellaires dans lesquels les extraterrestres, s’ils existaient, auraient pu repérer la Terre. Une recherche poussée montre qu’il existe actuellement 1004 systèmes stellaires en mesure d’observer notre planète croiser devant le soleil, et c’est dans ce cadre que les astronomes identifient actuellement les exoplanètes de notre point de vue ici sur Terre. Souhaitant alors encore plus loin l’astrophysicienne Lisa Kaltenegger s’est demandé comment la position, en constante évolution, des étoiles dans l’espace pourrait avoir un impact sur ce nombre.

UNE BASE DE DONNÉES IMPORTANTE

Pour avancer dans cette réflexion, les chercheurs ont pu consulter une importante base de données créée par l’Agence spatiale européenne qui cartographie le mouvement d’un nombre impressionnant de 331 000 étoiles situées à environ 325 années-lumière du soleil.

En prenant à titre d’exemple et pour référence l’idée que les civilisations sont apparues sur Terre pour la première fois il y a environ 5 000 ans, les scientifiques en ont conclu qu’il y avait 1 715 systèmes stellaires qui auraient été en mesure de détecter notre planète à un moment donné pendant cette période. D’autre part, prenant en compte que 313 de ces systèmes se sont depuis déplacés dans une région de l’univers où ils ne peuvent désormais plus nous voir, 319 autres pourront découvrir la Terre dans les 5 000 prochaines années.

UNE VIE INTELLIGENTE PEUT CAPTER NOS ÉMISSIONS RADIO 

Dans ce cadre et en réduisant les possibilités qu’une espèce réelle de vie intelligente nous trouve ici sur Terre, les scientifiques ont déterminé qu’il existe 75 systèmes stellaires qui se trouvent à moins de 100 années-lumière de notre planète et qui, par conséquent, auraient pu capter des émissions de radio émanant de notre planète depuis que les humains ont développé cette technologie il y a 100 ans. Ces mêmes scientifiques pensent que 29 de ces régions possèdent des planètes rocheuses sur lesquelles le développement de la vie aurait été possible. Dans les endroits où des exoplanètes ont déjà été confirmées, les chercheurs ont trouvé sept de ces systèmes stellaires au sein des 2 034 répertoriés. Trois d’entre eux sont actuellement en mesure de voir notre planète.

Dans un communiqué de presse (en anglais) détaillant les résultats de cette étude, l’astrophysicienne Lisa Kaltenegger déclare :  « Notre analyse montre que même les étoiles les plus proches passent généralement plus de 1 000 ans dans une région d’où elles peuvent voir la Terre….si nous supposons que l’inverse est vrai, cela fournit une chronologie saine pour que les civilisations nominales identifient la Terre comme une planète intéressante ». Prenant en compte la jeunesse de notre conquête spatiale la chercheuse rajoute « on peut imaginer que les mondes au-delà de la Terre qui nous ont déjà détectés font les mêmes plans pour notre planète et notre système solaire ». Décidément, il n’a jamais été autant question de la vie extraterrestre. Les plus croyants en la réalité de la vie ailleurs sont persuadés que l’on nous y prépare.  

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-02-09T10:49:58+01:009 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser