fbpx

(ESPACE) Inspiration4, la première mission de tourisme spatial de SpaceX commencera ce soir

15 septembre 2021 – SpaceX inaugure aujourd’hui sa première mission de tourisme spatial avec quatre personnes n’ayant jamais été dans l’espace. Les heureux élus vont passer trois jours seuls en orbite autour de la Terre.

Par le biais de cette mission baptisée Inspiration4, SpaceX s’est lancé dans un défi de taille, celui d’envoyer quatre personnes qui ne sont jamais allés dans l’espace, passer trois jours en orbite autour de la Terre. En sachant que les apprentis astronautes ont eu un entraînement de seulement six mois. Dans le cadre de cet entraînement, ils ont notamment effectué un trek dans la neige jusqu’à plus de 3.000 mètres d’altitude et expérimenté la force g grâce à une centrifugeuse et des vols en jet. En théorie, le vol a été entièrement automatisé, mais l’équipage a été formé pour pouvoir en prendre le contrôle en cas de situation urgente. Pour cette mission, les touristes spatiaux monteront à bord  de la fusée Falcon 9, qui mesure 70 mètres de haut mais ils séjourneront dans la capsule Dragon (8m de haut, 4m de diamètre) qui dispose d’un immense dôme en verre qui permet d’offrir aux passagers une vue à 360° sur l’espace.

UNE MISSION UNIQUE EN SON GENRE

Cette mission a été commanditée par le milliardaire Jared Isaacman, 38 ans, patron d’une entreprise de services financiers. On ne connaît pas le montant exact de cette mission organisée par SpaceX mais cela se compte en dizaines de millions de dollars. Durant ce voyage, il sera le commandant à bord sera accompagné par trois autres dont le siège a été offert par le milliardaire.

Parmi ces trois heureux élus, il y a Hayley Arceneaux, 29 ans, qui travaille dans l’hôpital St Jude de Memphis (Tennessee). Elle sera la responsable médicale de la mission et la plus jeune Américaine à être envoyée en orbite autour de la Terre. On a aussi, Chris Sembroski, 42 ans, est un ancien de l’armée de l’Air américaine qui travaille dans l’industrie aéronautique et dont le rôle sera d’aider à la gestion de la cargaison à bord et des communications avec la Terre. Enfin, le dernier passager est Sian Proctor, 51 ans, qui a été professeur de sciences de la Terre pendant 20 ans. Elle sera la quatrième femme Afro-Américaine à aller dans l’espace et la pilote de la mission assistant le commandant.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ARCHÉOLOGIE) Des sandales en or ont été découvertes dans une tombe égyptienne antique

25 septembre 2021 –  Des archéologues égyptiens ont récemment découvert des sandales en or dans une tombe où reposent plusieurs reines égyptiennes. Des objets rares qui étaient autrefois réservés aux nobles égyptiens.

C’est dans une tombe où reposent plusieurs reines égyptiennes, que des archéologues ont découvert ces chaussures anciennes également assorties de petits capuchons pour orteils. Des objets précieux qui étaient dédiés à certaines femmes de la noblesse égyptienne dans le cadre de leur enterrement. C’était pour ainsi dire les chaussures de leurs funérailles. Ce n’est pas la première fois qu’on retrouve des paires de ce type dans une tombe égyptienne. Le cas le plus célèbre est celui des épouses du pharaon Thoutmosis III, un souverain de la XVIIIe dynastie qui avait fait enterrer toutes ses épouses avec des sandales d’or. D’après les archéologues, la plupart de ces sandales datent de la 18ème dynastie du Nouvel Empire qui correspond à environ 1550 à 1290 avant notre ère, une période durant laquelle le célèbre Toutankhamon a régné.

DES SANDALES D’OR AU RÔLE SYMBOLIQUE

Le but supposé de ces artéfacts était de protéger les extrémités du corps lors de l’inhumation. En effet, parmi les sépultures royales, ces riches sandales dorées étaient souvent occupées par de petits bonnets dorés pour les doigts et les orteils. C’est ce qu’on appelle les stalles des doigts et des orteils. Ils protégeaient les extrémités de la momie lors de l’enterrement. Selon les anciennes croyances égyptiennes, les morts étaient censés être ensevelis sous forme de corps complets, comprenant parfois des membres prothétiques. C’était d’ailleurs quelque chose de très important dans la tradition funéraire égyptienne antique. Puisque à défaut d’or, les dépouilles royales ont également été enterrées avec des stalles de moindres métaux et même d’argile. Ainsi, si cette découverte n’a rien de nouveau, cela n’en reste pas moins une trouvaille magnifiquement bien conservée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-15T18:01:59+02:0015 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser