fbpx
x

(ESPACE) « James Webb », le télescope le plus cher du monde va-t-il enfin s’envoler vers les étoiles ?

31 août 2021 — Après de multiples déboires avant son lancement qui était prévu en 2019, le célèbre télescope James Webb va peut-être encore changé de nom. En effet James Webb l’ancien administrateur de la Nasa, dont il porte le nom, est soupçonné d’avoir participé à la persécution des homosexuels aux États-Unis dans les années 1950. La NASA a lancé une enquête interne.

Le télescope spatial James-Webb (James Webb Space Telescope ou JWST, anciennement Next Generation Space Telescope ou NGST) est un programme développé par la NASA avec le concours de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Agence spatiale canadienne (ASC). Son lancement est prévu au plus tôt mi-novembre 2021. Les derniers tests sont terminés avec succès. Il est en cours d’acheminement   vers le site de lancement.

Le télescope doit être lancé par une fusée Ariane 5 depuis Kourou et sera positionné en orbite autour du point de Lagrange L2 du système Soleil-Terre, à 1,5 million de kilomètres de la Terre du côté opposé au Soleil. Pour conserver cette position, il est prévu que l’observatoire effectue des corrections périodiques à l’aide de petites poussées. Les réserves de combustibles prévues à cette fin doivent lui permettre de rester fonctionnel, en position, une dizaine d’années.

Ce projet très ambitieux et très coûteux  a réuni des milliers de scientifiques, d’ingénieurs et d’autres professionnels de plus de 14 pays.

Il faudra un mois pour que le télescope atteigne son orbite prévue à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Le déploiement du bouclier solaire commencera quelques jours après le lancement – chaque étape sera surveillée depuis la Terre. Dès que le télescope et les instruments seront dans l’ombre, ils commenceront à se refroidir. Le maintien de la température de fonctionnement est essentiel pour la préservation de l’équipement. Le télescope sera opérationnel six mois après son lancement. James Webb examinera en profondeur l’univers primitif, de la formation des étoiles et des planètes à la naissance des premières galaxies.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-31T15:15:29+02:0031 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser