Découvrez BTLV, le média N°1 sur le mystère et l'inexpliqué (Replay/Podcast/rédactionnel)

Pour accéder à toutes nos interviews audio et vidéo
Rejoindre BTLV

28 juillet 2020 – On vous en parle depuis début juillet sur btlv, le mois de juillet est particulièrement riche en missions martiennes. Mais on finit par s’y perdre et de plus savoir quel pays est à l’origine de quelle mission. Voici donc un récapitulatif de ce mois de juillet.

Avant toute chose, il est important d’expliquer que si toutes ces missions partent vers la planète rouge sur un créneau si court, c’est parce que la distance varie en fonction de l’emplacement des deux planètes. Hors de cette plage horaire, la distance entre les deux planètes est trop grande et les missions prendraient encore plus de temps qu’elles ne le font déjà. La plage de lancement est donc réduite à quelques semaines tous les deux dans à peu près.

HOPE

Le bal a donc été ouvert le 20 juillet dernier par la mission HOPE des Émirats arabes unis depuis le centre spatial de Tanegashima au Japon. Il s’agit de la première mission interplanétaire arabe de l’Histoire.

Elle devrait arriver dans l’orbite de la planète rouge en février 2021 dans laquelle elle restera afin de pouvoir analyser l’atmosphère de la planète.

TIANWEN-1

Le 23 juillet la sonde chinoise TIANWEN-1 (« question vers le ciel »). Celle-ci a décollé à bord du lanceur Long March 5 au centre spatial de Wenchang en Chine. Comme HOPE, elle arrivera dans l’orbite martienne au mois de février prochain et devrait lâcher un rover sur le sol de la planète rouge au mois d’avril de la même année.

Sa mission est d’explorer la zone d’Utopia Planita située au nord de la planète rouge qui laisse à penser qu’il y aurait une forte quantité de glace dans le sol.

PERSEVERANCE

La troisième mission martienne à quitter la Terre est rover américain Perseverance. Elle doit normalement décoller le 30 juillet prochain et atterrira dans le cratère Jezero sur la planète rouge.

Le but de la mission est de récupérer des preuves de présence de microbes dans les rivières de la planète il y a plus de 3 milliards d’années. Le rover va prélever des échantillons de roche martienne afin de les conditionner pour qu’un autre robot vienne les récupérer et les ramener sur Terre d’ici 2031.

EXOMARS

La mission russo-européenne Exomars, qui devait envoyer au mois ce mois-ci un rover nommé Rosalind Franklin sur Mars, a été reportée à 2022 en raison de la pandémie de Covid-19 et de problèmes techniques. Le rover est de construction européenne et le lanceur est russe.

Elle aussi devra, une fois sur place, chercher des traces de vie sur la planète. Elle dispose d’une foreuse capable de percer jusqu’à deux mètres de profondeur ce qui lui permet d’aller un peu plus loin dans la recherche que son concurrent américain.

Margaux Naudin (Rédaction btlv.fr)