fbpx
x

(ESPACE) La NASA a signé un très modeste chèque afin de lancer l’exploitation des ressources lunaires

5 septembre 2021 – Pour la symbolique et très modique somme de 10 cents la NASA a versé le tout premier paiement jamais versé à une entreprise dans le cadre d’un contrat d’exploitation de ressources spatiales. Ce chèque a été remis durant le 36e Symposium annuel sur l’espace à Justin Cyrus, PDG de l’entreprise Lunar Outpost.

Lunar Outpost n’en est pas à son coup d’essai pour ce qui est de la future exploitation des ressources lunaires. En décembre, déjà, l’entreprise avait remporté le tout premier contrat de l’Histoire pour la collecte et la commercialisation de matériaux provenant de la surface lunaire. Ce fameux chèque est une récompense pour l’examen du concept pour ce contrat qui servira de référence pour tous les futurs contrats liés aux ressources spatiales de la Lune. Ce premier contrat prévoit la collecte du régolithe par Lunar Outpost dans une région proche du pôle sud lunaire, où les ressources et la glace d’eau devraient être abondantes.

L’EXPLOITATION DE LA LUNE N’EST PLUS UN PROJET FICTIF

Par cet achat, la NASA vient de jeter les bases d’une acquisition et d’une vente durables des ressources spatiales. Cette action est une continuité du processus mis en place par la NASA visant à encadrer l’exploitation des ressources extraterrestres. L’objectif de Lunar Outpost sera aussi de trouver des matières volatiles et de la glace d’eau. La mission de collecte de Lunar Outpost est programmée pour le dernier trimestre 2022 et s’effectuera en partenariat avec Nokia et Intuitive Machines et nécessitera la construction d’une infrastructure de communication sur la Lune. Pour réaliser cette tâche, l’entreprise va amener sur la lune du matériel qui va permettre de développer un réseau LTE/4G lunaire. Ce qui permettra à l’atterrisseur Nova-C d’Intuitive Machines de fournir un réseau de communication sans fil sur la lune et qui constituera une passerelle de communication vers la Terre. En effet, afin d’opérer une exploitation des ressources lunaires ce qui nécessite une présence durable d’hommes sur la Lune, un réseau de communication est essentiel. L’exploitation des ressources lunaires est donc quelque chose de désormais acté qui devrait avoir lieu dans un futur proche.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-05T15:44:41+02:005 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser