fbpx

(ESPACE) La NASA publie des images à couper le souffle des Dunes Martiennes

15 avril 2021 —  Si dans l’inconscient collectif, Mars reste la planète rouge, il est important de rappeler que comme sur terre, on y trouve des conditions météorologiques spécifiques à son atmosphère et des régions polaires. Surnommée planète rouge en raison de la teneur en fer de son sol, il y a également des zones plus agréables à regarder. C’est le cas des dunes bleues et dorées très peu connues et qui pourtant sont de toute beauté comme en témoignent les photos prises par Mars Odyssée et publiées par la NASA à l’occasion du 20ème anniversaire de la mission Odyssée.

Image © NASA

Lancé le 7 avril 2001, le vaisseau spatial Mars Odyssée qui décolla de la base aérienne de Cap Canaveral en Floride, avait pour mission d’orbiter autour de la planète rouge. Toujours en activité, et équipé d’une caméra infrarouge, connue sous le nom de Thermal Emission Imaging System (THEMIS), elle capte les changements de température à la surface de Mars, et envoie des données précieuses sur la composition de la planète et sur les caractéristiques de sa surface.

QUE SONT VRAIMENT CES IMAGES ?

L’image des dunes bleues ondulantes et du sable doré balayé par le vent est en fait une image thermique. Si elles ne sont pas vraiment bleues pour l’œil humain, c’est grâce à THEMIS que l’on peut les voir ainsi aujourd’hui. Concrètement, le bleu sur la photo montre des régions froides et le jaune des températures plus chaudes. Capturées dans une zone de 30 km de large près de la calotte polaire nord de Mars, le vaisseau Odyssée les a prises entre décembre 2002 et novembre 2004. Une chose est sure, Mars est pleine de surprises et avec nos connaissances actuelles trouvent des explications très importantes en prévision des futures missions habitées ou non.

Bob Bellanca (rédaction btlv)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) MH370, sa trajectoire de vol délibérément masquée ?

11 mai 2021 — Dans la série des « Dossiers inexpliqués » chers à Joslan F.Keller, celui de la disparition du vol MH370, le 8 mars 2014, reste sans nul doute l’un des plus énigmatiques. (Vous pouvez retrouver l’émission ci-dessous) ….Si de nombreuses théories ont été avancées afin de donner une explication plausible, on ne sait toujours pas ce qui s’est réellement passé. Pour Richard Godfrey, l’un des principaux enquêteurs sur l’affaire, il semble de plus en plus probable que l’avion ait été intentionnellement crashé par son pilote pour des raisons inconnues.  Dans un article intitulé « Global Detection and Tracking of Aircraft as used in the Search for MH370 », l’ingénieur aérospatial dit avoir utilisé une nouvelle technologie révolutionnaire appelée Weak Signal Propagation (WSPR), qui est un protocole de communication radio numérique. Développée en 2008 par le prix Nobel de physique et professeur à l’Université de Princeton, Joe Taylor, la technologie WSPR est basée sur des fils virtuels de déclenchement radio et peuvent être comparés à des faisceaux laser invisibles, comme ceux qui pourraient protéger un coffre-fort de banque : « WSPR est comme un tas de fils ou de faisceaux laser, et fonctionnent dans toutes les directions sur l’horizon jusqu’à l’autre côté du globe », explique M. Godfrey.

Dans un premier article sur le sujet, publié le mois dernier sur Airlineratings.com , Richard Godfrey confirmait que cette nouvelle technologie validait la trajectoire de vol du MH370 à partir des données satellitaires, et son emplacement présumé à l’ouest de Perth, à partir de la modélisation de sa dérive, basée sur le débris récupérés.

Selon l’enquêteur, le pilote a fait de grands efforts pour éviter d’être détecté :
« Le pilote du MH370 a évité les itinéraires de vol officiels à partir de 18h00 UTC, et a utilisé des points de cheminement pour naviguer sur des trajectoires de vol non officielles dans le détroit de Malacca, autour de Sumatra et à travers le sud de l’océan Indien…..La trajectoire de vol suit la côte de Sumatra et passe près de l’aéroport de Banda Aceh…..Le pilote semble avoir eu connaissance des horaires de fonctionnement des radars de Sabang et Lhokseumawe. Il savait que pendant les nuits de week-end, en période de faible activités internationales, les systèmes radar ne seraient pas opérationnels ». 

Pour lui les trajectoires de l’avion prouvent que quelqu’un était aux commandes de l’avion. L’enquêteur rajoute : « Le niveau de détail dans la planification des trajectoires implique une volonté de rendre le plan de vol complexe afin d’être exécuté jusqu’à la disparition », a ajouté Richard Godfrey. Il souligne aussi n’avoir trouvé aucune raison exacte à son acte. Ce qui rend toujours aussi mystérieuse cette disparition du MH370. 

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-04-19T11:36:40+02:0015 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser