fbpx
x

(ESPACE) La NASA recherche des volontaires pour une mission de simulation sur Mars

12 août 2021 – Afin de préparer au mieux les futures missions sur Mars, la NASA a lancé un appel à candidatures pour recruter quatre volontaires qui vivront pendant un an comme des astronautes sur la planète rouge depuis la base de Houston. Cette simulation immergera les astronautes candidats dans les conditions austères de la planète rouge durant une année à partir de l’automne 2022.

Pour la NASA cette simulation est une première étape avant le lancement de potentielles futures missions sur Mars. Cette simulation fait partie du programme Chapea (Crew Health And Performance Exploration Analog) qui prévoit une campagne de tests prenant place dans un habitat reproduisant les conditions de vie de la planète dans le sud des États-Unis. Au total, trois sessions, d’une année chacune, seront organisées à compter de l’automne 2022. L’expérience se déroulera au centre spatial Johnson à Houston, au Texas, mais dans des conditions similaires à celle que les astronautes connaîtront sur Mars. Les quatre membres d’équipage vivront et travailleront dans un module d’environ 150 mètres carrés appelé Mars Dune Alpha qui est un habitat imprimé en 3D par l’entreprise américaine ICON. Durant cette simulation, les participants devront effectuer des simulations de sorties dans l’espace, des recherches scientifiques et pourront compter sur des outils de réalité virtuelle, de robotique afin de travailler à l’amélioration des échanges de communications.

UNE SIMULATION ESSENTIELLE POUR PRÉPARER LES FUTURES MISSIONS SUR MARS

Étant donné l’importance de ses simulations, les conditions pour faire partie des volontaires sont draconiennes. Ces derniers doivent être citoyens américains ou bien résident permanent aux États-Unis âgé de 30 à 55 ans. Ils doivent être en bonne santé, motivés, non-fumeur et maîtriser parfaitement l’anglais. À cela s’ajoute un certain niveau d’études, les candidats doivent détenir un master en sciences, technologie, ingénierie ou mathématiques et présenter au moins deux ans d’expérience professionnelle ou un minimum de mille heures de pilotage d’avion. Ces simulations seront essentielles pour la NASA et seront donc suivies avec beaucoup d’attention. Elle est en effet parfaitement consciente que lorsque les premières missions, elles seront longues et éprouvantes. Dans la mesure ou les chercheurs souhaiteraient installer les futurs explorateurs martiens durant 360 à 500 jours. En plus de ça il y aura  le voyage dans l’espace étroit d’une navette spatiale qui durera entre 200 et 350 jours. Une des grandes épreuves à laquelle seront soumis les astronautes, c’est l’isolement. La NASA souhaite donc se servir de cette simulation pour étudier les effets de l’isolement sur l’être humain, elle prévoit notamment de simuler des coupures de communications avec l’extérieur. Ainsi d’une certaine façon cette simulation participe au début de la conquête de Mars par l’homme.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-12T17:35:54+02:0012 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser