fbpx

(ESPACE) La Russie ne souhaite pas participer à la future station lunaire

13 octobre 2020 — Après une collaboration de 20 ans au sein de la station spatiale orbitale, la Russie vient de faire savoir qu’elle n’envisageait pas de participer à la future station en orbite autour de la Lune. Les États-Unis envisagent de commencer son assemblage en 2023.

Le patron de l’agence spatiale russe Roskosmos, DmitriRogozine, a souligné que l’ISS, construite par les deux nations et occupée en continu par des Russes et des Américains depuis 2000, était « réellement un projet international », lors du 71e Congrès astronautique international qui vient d’ouvrir virtuellement. L’Europe, le Canada et le Japon participent aussi à l’ISS.

DES RELATIONS DÉGRADÉES ENTRE MOSCOU ET WASHINGTON

Pourtant l’ISS a de fait résisté à la fraicheur grandissante des relations entre Moscou et

Washington. Roskosmos et la NASA travaillent ensemble, et les astronautes américains s’y rendent depuis 2011 à bord de fusées russes, en oubliant leur contentieux géopolitique.

Mais l’ISS approche de la fin de sa vie, d’ici 2030, et la NASA a décidé de lancerson programme lunaire, sans aucune consultation avec ses partenaires.

« De notre point de vue, la Lunar Gateway dans sa forme actuelle est trop américano-centrée », a dit DmitriRogozine. Il a ensuite confirmé qu’il était « probable » que la Russie »n’y participe pas à grande échelle ».

La Gateway a été annoncée sous la présidence de Donald Trump et vise à assister le retour des astronautes américains sur le sol lunaire à partir de 2024, pour la première fois depuis 1972, un programme baptisé Artémis. Initialement réduite à un seul module d’habitation, la station est censée s’agrandir au fil des années, sans jamais devoir atteindre la taille de l’ISS.

La NASA maintient que le projet a une vocation internationale, et cherche ardemment à associer d’autres agences spatiales. Le Canada, le Japon et l’Italie ont signé des accords de coopération avec Artémis.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(SCIENCE) Notre tête révèle un organe inconnu jusqu’à ce jour

21 octobre 2020 — Publiée dans la revue Radiotherapy and oncology, une étude révèle l’existence d’un nouvel organe niché dans le nasopharynx humain. Un ensemble de glandes salivaires bilatérales. Jusqu’à il y a trois ans, les scientifiques pensaient que le corps humain contenait 78 organes. Depuis ils ont revu à la hausse le nombre de ses derniers en y rajoutant notamment le mésentère qui relie l’intestin aux parois abdominales. Cette fois, il va falloir également compter avec de nouvelles glandes salivaires. C’est une équipe de chercheurs néerlandais qui a fait cette

découverte anatomique. Niché à l’arrière du nasopharynx, ce nouvel ensemble de glandes salivaires a été découvert lors d’examens menés avec un PSMA sur des patients souffrant d’un cancer de la prostate. C’est grâce aux injections de glucose radioactif lors du scan que l’organe fut découvert.

Crédit photo : Institut néerlandais du cancer

ON A TOUS LES GLANDES

Notre corps est équipé de glandes salivaires dites « majeures » (ndld : les glandes parotides, sous-maxillaires et sublinguales) mais aussi de près d’un millier de glandes salivaires supplémentaires dites “mineures”. Minuscules, celles-ci sont nichées dans le tractus aérodigestif et dans toute la zone buccale, ce qui n’est pas le cas de ce nouvel organe qui appartiendrait aux glandes dites « majeures ». Placées précisément derrière le nez et au-dessus du palais, ces glandes se trouvent près du centre de notre tête. La question que beaucoup se posent est légitime : comment sommes-nous passés à côté depuis l’avènement de la radiographie ? Les spécialistes avancent que cette zone n’est pas très accessible. Pour certains, seules les nouvelles techniques d’imagerie PSMA-PET / CT peuvent le permettre.

Sur BTLV, on se demande souvent s’il existe un grand architecte à l’espèce humaine et il est certain que si la question est longtemps posée, une chose est sure, le corps humain est vraiment la plus belle machine qu’il a inventée…

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2020-10-13T17:52:49+02:0013 octobre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser