fbpx

(ESPACE) Prouesse de la sonde chinoise Chang’e 5 qui a réussi sa collecte de roches lunaires

3 décembre —  La course lunaire fait toujours rêver, mais beaucoup de promesses, bien peu de résultats depuis le dernier alunage américain en 1972. Les chinois viennent de réaliser cette prouesse cette semaine en posant sur le sol lunaire la sonde Chang’e 5. Ils ont toujours l’ambition d’envoyer des chinois sur la Lune d’ici 2030.

Cette mission est la nouvelle étape du programme spatial chinois, qui avait frappé un grand coup début 2019 en faisant atterrir un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale.

Du nom d’une déesse de la Lune selon la mythologie chinoise, la sonde Chang’e 5 a pour  mission  de collecter environ 2 kg de roches lunaires, en creusant le sol jusqu’à deux mètres de profondeur. Des échantillons qui viennent d’être prélevés avec succès dans une zone jamais explorée, l’océan des Tempêtes (Oceanus Procellarum en latin), une vaste plaine de lave, selon la revue Nature. Ils devraient permettre d’ajouter des pièces supplémentaires au grand puzzle de l’histoire de la Lune.

Le retour des roches sur Terre devrait intervenir avant la mi-décembre, en Mongolie-intérieure (nord de la Chine).

Si le retour sur Terre se déroule sans encombre, la Chine deviendra le troisième pays à rapporter des échantillons de la Lune, après les Etats-Unis et l’ex-URSS.

La dernière tentative était soviétique, avec la mission inhabitée Luna 24, menée avec succès en 1976.

Soulignant le haut niveau de technicité de l’opération, la télévision publique chinoise CCTV a décrit mercredi Chang’e 5 comme l’une des opérations « les plus compliquées et les plus délicates » du programme spatial national.

Au-delà de l’intérêt scientifique de ramener des échantillons, cette mission permet à la Chine de tester des manoeuvres et des technologies cruciales pour mener à bien son projet d’envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2030.

Chang’e 5 a été lancée le 24 novembre depuis l’île tropicale de Hainan (sud de la Chine).

La sonde Chang’e 5 a réussi sa collecte de roche lunaire

(credits China National Space Administration)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-03T11:22:07+01:003 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser