fbpx

(ESPACE) La Terre est beaucoup plus proche du centre de la galaxie

1erdécembre 2020 — D’après une nouvelle carte de la Voie lactée, le système solaire ne serait pas là où nous l’avions situé auparavant ; il serait plus proche du centre de notre galaxie et donc, du trou supermassif Sagittarius A * . De l’intérieur il n’est pas évident de cartographier une galaxie et d’estimer précisément les distances entre les astres qui s’y trouvent. En 1985, l’IAU (Union astronomique internationale) avait déterminé la distance du centre galactique à 27 700 années-lumière. L’année dernière, la GRAVITY Collaboration’s l’a estimé à seulement 26 673 années-lumière. Aujourd’hui, le centre de la galaxie semble encore plus proche de la Terre.

COMME UN TÉLESCOPE DE 2300 KILOMÈTRES

Le système d’interférométrie à très longue base VLBI

Grâce à l’interférométrie à très longue base VLBI (Very Long Baseline Interferometry), appelée VERA, les calculs de ces distances s’améliorent. Le VLBI est un procédé d’interférométrie utilisé en radioastronomie. Les données reçues sont marquées avec une heure précise. VERA (Exploration of Radio Astrometry) utilise un certain nombre de radiotélescopes de l’archipel japonais et compile leurs informations afin d’atteindre la même résolution qu’un télescope de 2300 kilomètres. VERA a été conçu pour calculer les distances des étoiles radio-émettrices grâce au calcul de leur parallaxe. Il a commencé à faire des observations en 2000 et observe depuis, les changements de positions des étoiles pendant des mois pour ensuite calculer la distance qui sépare ces étoiles de la Terre. VERA a une résolution angulaire de 10 millionièmes de seconde d’arc, ce qui apporte des mesures d’une précision fabuleuse.

Grâce à VERA, les astronomes ont réalisé une carte à partir de laquelle ils ont pu calculer la position du centre de la galaxie. La Terre semble se situer désormais à 25 800 années-lumière du centre galactique. La vitesse orbitale du système solaire serait de 227 kilomètres par seconde ; la vitesse officielle était jusqu’alors de 220 kilomètres par seconde. Le catalogue d’astrométrie Vera a été publié dans une publication de la Société astronomique du Japon.

Le Soleil à 25 800 années-lumière du centre galactique

Pour continuer de naviguer dans l’espace et connaître ses secrets avec l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet, voici l’émission « Espace, Univers et trous-noirs » (réservé aux abonnés).

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-12-01T18:51:45+01:001 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser