fbpx

(ESPACE) Le module russe Nauka a réussi à rejoindre l’ISS

30 juillet 2021 – Lancé le 21 juillet par le module russe Nauka, sur lequel est installé le bras robotique ERA de l’Agence spatiale européenne, a réussi à s’amarrer à la Station spatiale internationale (ISS). Nauka est avant tout un module-laboratoire, mais il fournira également du volume supplémentaire pour les postes de travail et le stockage du fret.

Nauka dont le départ était initialement prévu il y a 15 ans est donc enfin arrivé après un voyage de huit jours qui ne s’est pas déroulé sans encombre. En effet, quelques heures après l’amarrage, les cosmonautes ont été confrontés à un problème de propulseurs. Cette situation problématique a été causée par un allumage inattendu des moteurs de Nauka ce qui les a obligés à allumer ceux du segment russe de l’ISS pour compenser le mouvement produit sur le laboratoire orbital. Si au départ cette mésaventure a déplacé la station de 45 degrés hors de sa position, les opérations de redressement ont permis de rapidement replacer l’ISS dans sa position initiale.

Nauka était très attendu, car il transportait le bras ERA de l’Agence spatiale européenne qui sera installé à l’extérieur du module. Cependant, la mise en service de Nauka prendra du temps, car plusieurs mois seront nécessaires pour le rendre totalement opérationnel. Une fois en service, ce sera un atout de taille pour l’ISS car fort de ses 20 tonnes, il peut offrir un volume intérieur de 70 m3. Nauka a été conçu pour un grand nombre de tâches aussi bien à l’intérieur ou à l’extérieur de L’ISS. De telle sorte qu’on peut le considérer comme une mini-station spatiale. Bien que conçu avant tout comme un module-laboratoire et une zone de vie et de travail pour les cosmonautes. Il pourra également servir de port d’amarrage pour les véhicules russes notamment les cargos Progress et les Soyouz des missions habitées. C’est donc un module de grande importance qui vient d’intégrer l’ISS et qui devrait y jouer un rôle majeur pour les années à venir.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-30T12:00:16+02:0030 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser