fbpx

(ESPACE) Le télescope James Webb sera capable dans 5 à 10 ans de trouver des signes de vie sur des exoplanètes

19 avril 2021 — Même si l’évocation de la vie extraterrestre fait toujours sourire en France, voir même à être mêlée aux thèses complotistes, les chercheurs ne ménagent pas leur peine pour essayer de la trouver. Leur espoir le plus grand a été mis dans le nouveau télescope James Webb, il sera lancé dans l’espace en octobre prochain , et selon les calculs, il pourra enregistrer des signes de vie, avec la recherche d’ammoniac, dans les atmosphères des exoplanètes.

Le télescope spatial James Webb (JWST) pourrait potentiellement trouver beaucoup plus d’exoplanètes que Hubble et TESS ont pu en découvrir auparavant. Selon ses caractéristiques techniques, il sera capable de détecter des corps célestes avec une température de surface de 300 degrés kelvin soit 26,85 degrés Celsius approximativement la même température que la Terre et aussi avec une distance planète soleil équivalente.

Le lancement du télescope spatial est prévu pour le 31 octobre 2021. Si tout se passe comme prévu, les premières analyses des données  pourront débuter en janvier 2022. On suppose que le télescope passera 5 ans en orbite avec une prolongation possible. Bien que l’appareil n’ait pas encore été lancé, les astrophysiciens calculent déjà à quelle vitesse ils pourront trouver des signaux de vie extraterrestre sur d’autres planètes, ou indiquer clairement qu’un corps céleste est vide de vie.

PLUS DE PRÉCISIONS DANS LES RECHERCHES

Caprice Phillips, une étudiante diplômée de l’Ohio State University, a mené une  analyse et a montré que le télescope James Webb pouvait en effet détecter l’ammoniac dans l’atmosphère de six planètes naines gazeuses. Au cours du travail, les auteurs ont modélisé la façon dont les instruments JWST réagiraient aux conditions atmosphériques, puis ont compilé une liste d’endroits où le télescope devrait chercher la vie.

Les planètes naines telles que les super-terres ou les mini-Neptune sont considérées comme des corps célestes prometteurs avec une forte probabilité de montrer des signes de vie. Ces types de planètes n’existent pas dans notre système solaire, c’est pourquoi les scientifiques tentent de savoir si ces corps célestes peuvent convenir à la formation et au développement de la vie.

Rédaction btlv.fr

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(UNIVERS) Comment déterminer où se trouve la frontière du système solaire ?

12 mai 2021 — Les sondes spatiales Voyager 1 et Voyager 2 ont traversé la frontière du système solaire, et les sondes du programme  Pioneer n’en sont plus très loin. Mais on ne connait toujours pas où se situe exactement cette frontière et qu’y a-t-il derrière ?

Que voulons-nous dire quand nous disons que quelque chose a un bord ou une frontière? Certaines choses, comme une table ou un terrain de football, ont des limites claires. D’autres sites, tels que les villes et les villages, ont des limites qui ne sont pas faciles à voir. Il est difficile de dire où ils se terminent et quelque chose d’autre commence. Le système solaire ressemble plus à une ville qu’à une table ou à un terrain de football.

On peut dire que le système solaire est limité par la distance à laquelle l’influence de notre étoile est perceptible. Cette influence peut-être comprise comme l’effet de la lumière du soleil, la gravité du soleil ou l’influence du champ magnétique d’une étoile et du vent solaire. Mais quelle forme de cette influence peut être utilisée pour déterminer les limites du système stellaire?

© NASA

Les deux premières options ne conviennent certainement pas pour une raison: malgré le fait que la luminosité de la lumière et la force d’attraction gravitationnelle s’affaiblissent avec la distance, elles ne tombent jamais à zéro. On ne peut pas en dire autant du vent solaire. S’éloignant du Soleil, il se précipite dans l’espace interstellaire. Le milieu interstellaire n’est pas du tout du «vide» – il est composé de gaz et de poussière. Le vent solaire entre en collision avec ce milieu et «efface» la zone en forme de bulle autour de l’étoile. Cette bulle qui entoure le soleil et le système solaire s’appelle l’héliosphère.

Les scientifiques pensent que la partie la plus proche de l’héliosphère est 90 fois plus qu’entre la Terre et le Soleil et trois fois plus qu’entre le Soleil et Pluton. L’héliosphère se compose de plusieurs parties: la limite de l’onde de choc (la partie la plus interne de la frontière), l’héliopause (la partie la plus externe de la frontière) et la partie intermédiaire entre elles. La limite du système solaire peut être définie comme la zone où le vent solaire ralentit et interagit avec le milieu interstellaire – cela se produit dans la zone de la limite de l’onde de choc, que les Voyagers ont déjà atteinte.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2021-04-19T14:44:05+02:0019 avril 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser