fbpx
x

(ESPACE) Le travail de SpaceX sur l’atterrisseur lunaire a été interrompu par la NASA

23 août 2021 – La NASA accepté jeudi d’interrompre temporairement les travaux relatifs au contrat de 2,5 milliards d’euros accordé par la NASA à SpaceX, pour le développement d’un vaisseau destiné à emmener des astronautes sur la Lune dès 2024. Une décision prise en raison de son conflit juridique avec Blue Origin.

Cette interruption fait donc suite à la plainte de Blue Origin devant la Cour des réclamations fédérales des États-Unis contre la NASA. En effet, l’entreprise de Jeff Bezos conteste la partialité de l’agence spatiale américaine dans le choix de son rival pour le programme Artémis qui prévoit d’emmener des astronautes sur la Lune en 2024. Blue Origin avait d’ailleurs déclaré à ce sujet par le biais d’un communiqué que cette action en justice était « une tentative de remédier aux failles du processus d’acquisition constatées dans le système d’atterrissage humain de la NASA ». De son côté, la NASA a déclaré qu’elle continuait de travailler avec le ministère de la Justice pour examiner les détails de l’affaire et trouver une résolution rapide de cette question. Dans cette affaire, la NASA est d’ailleurs soutenu par le GAO qui est l’équivalent américain de la Cour des comptes et qui a rejeté un recours déposé par Blue Origin contre la décision de la Nasa de choisir un seul fournisseur d’atterrisseur lunaire. Quoi qu’il en soit, un juge américain a fixé une audience le 14 octobre pour cette affaire.

UNE INTERRUPTION TEMPORAIRE

C’est la NASA elle-même qui a proposé cette suspension de travaux qui est censée durer jusqu’en novembre. En échange, tous les concernés ont dû accepter un calendrier de litige accéléré qui se termine le premier novembre. De cette manière, la NASA espère pouvoir reprendre les travaux le plus rapidement possible. En effet, la NASA tient énormément à son projet Artémis qui vise à renvoyer des hommes sur la Lune pour la première fois depuis 1972. De son côté Elon Musk le patron de SpaceX pour qui les travaux ont également été interrompus a souligné auprès du tribunal que changer les modalités de son accord avec la NASA entraînerait un préjudice substantiel pour son entreprise. Au-delà des problèmes techniques dans le cadre de son programme Artémis, la NASA est donc également confrontée à des problèmes juridiques qui cependant devraient être vite résolus.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-08-23T16:01:37+02:0023 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser