fbpx

(ESPACE) Les Chinois deviennent des participants actifs à la course satellitaire

26 février 2021 — Un constructeur automobile Chinois veut placer 500 satellites de télécommunications par an en orbite autour de la Terre.

Le développement de la téléphonie mobile et de la technologie automobile satellitaire a atteint un niveau d’innovation sans précédent et tous ces changements vont bouleverser les transmissions et les relations mondiales.

Le constructeur automobile chinois Geely Holdings Group lancera des satellites commerciaux cette année. C’est un consortium de dimension mondiale avec un certain nombre de marques très connues, notamment Geely Auto, LYNK & CO, Volvo Cars, Lotus Cars, Polestar, London Electric Vehicle Company (LEVC), Zhejiang, Lynk & Co, une marque automobile sino-suédoise. En raison de la crise du Covid19, le projet a pris un an de retard, il était initialement prévu fin 2020.

AVEC L’AUTORISATION DE L’ÉTAT CHINOIS

Le Comité d’État pour le développement et les réformes de la République Populaire de Chine a donné l’autorisation pour la production de satellites dans une usine appartenant à Geely Technology Group, plus exactement Zhejiang Geely Holding Group ; dont le siège est à Hangzhou, dans la province du Zhejiang, au sud-est de la Chine.

Ainsi, Zhejiang Geely deviendra le premier constructeur automobile en Chine et au monde à être en mesure de produire des engins spatiaux à des fins commerciales, a rapporté le journal Xinhua. Le premier lot d’équipements en pièces détachées a déjà été livré à l’usine située à Taizhou, mais le démarrage de la production n’est prévu qu’en octobre 2021 au plus tard.

Geely a déclaré avoir mis en place cette stratégie industrielle pour couvrir le développement, la production, le lancement et la commercialisation de satellites au travers de GeeSpace qui entend placer en orbite plus de 500 satellites par an, afin de couvrir les besoins Chinois dans un premier temps puis s’ouvrir à la concurrence internationale dans ce domaine.

François Garijo (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2021-02-26T10:23:17+01:0026 février 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser