fbpx

(ESPACE) Les échantillons de roche prélevés par Perseverance sur Mars révèlent un environnement potentiellement habitable

12 septembre 2021 – Récemment le rover Perseverance sur Mars a collecté deux échantillons d’une roche qui est probablement d’origine volcanique. La NASA a confirmé la présence de sels dans ces prélèvements, ce qui serait un indicateur de traces de vie ancienne.

Si le rover Perseverance avait échoué dans sa première tentative de prélèvement d’échantillons de roches à cause de roches trop friables. Il semblerait que sa troisième tentative soit couronnée de succès et pour cause.  Si le second prélèvement qui a été fait la semaine dernière n’a rien donné de concret. Le troisième en revanche qui a été fait il y a quelques jours a été jugé très intéressant par la NASA. En effet, selon Ken Farley, responsable scientifique de Perseverance, les roches récemment prélevées qui sont de type volcanique ont révélé un environnement ayant été potentiellement habitable. Cette découverte est importante, car bien que le rover évolue dans une zone qui selon les scientifiques abritait un profond lac, il y a 3,5 milliards d’années. Ils n’avaient aucune certitude que les roches qui s’y trouvaient étaient de nature volcanique ou sédimentaire. Notons que les roches volcaniques sont très intéressantes pour les scientifiques, car elles peuvent être datées avec précision.

DES ROCHES POUVANT CONTENIR D’ANCIENNES TRACES DE VIE

La recherche d’anciennes traces de vie sur Mars est l’un des objectifs du rover Perseverance dans le cadre de sa mission de prélèvement d’échantillons de roches.  Au-delà du fait d’être de nature volcanique là où ses roches deviennent encore plus intéressantes, c’est qu’elles montrent des signes d’interactions substantielles avec de l’eau. Les chercheurs ont en effet détecté des traces de sels minéraux sur ces roches. Ce qui confirme la théorie des chercheurs de la NASA selon laquelle le cratère de Jezero, où se trouve le rover, abritait effectivement un ancien lac il y a plusieurs milliards d’années. Les nouveaux échantillons de roche de Perseverance pourraient donc contenir d’anciennes traces de vies martiennes. Il faudra cependant attendre le retour des échantillons sur Terre, dans les années 2030 où des analyses plus précises seront faites afin d’avoir le fin mot de l’histoire.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-12T16:32:44+02:0012 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser