fbpx

(ESPACE) Musk peut-il envoyer des hommes sur Mars en 2024 ?

23 novembre 2020 – Elon Musk, le PDG et fondateur de SpaceX, voudrait mettre en place les premiers vols habités avant la NASA. Il les prévoit en 2024. L’ITS (Interplanetary Transport System) qui avait été présenté en septembre 2016 laisse donc place à une version beaucoup plus polyvalente. Elon Musk a dévoilé ses projets de colonisation de l’Homme sur Mars, en Australie, lors du Congrès international d’astronautique (IAC) à Adélaïde. Après la réussite récente, avec la NASA, de l’envoie de 4 astronautes dans l’ISS, Elon Musk voit toujours plus loin et veut envoyer un équipage à 227.937 millions de kilomètres. Pour l’instant, le lanceur n’existe pas mais le patron de SpaceX a donné des détails sur son projet ambitieux : envoyer des Hommes sur Mars avant la NASA.

L’ITS (Interplanetary Transport System) de 122 mètres et qui avait comme objectif d’envoyer des hommes dans différentes directions du Système solaire, aura servi à imaginer une version de plus petite taille : 106 mètres. La largeur du nouveau lanceur a un diamètre de 9 mètres (12 mètres pour l’ITS). Il sera propulsé par 31 moteurs Raptor méthane-oxygène (pour l’instant, le Raptor est au banc d’essai) contre 42 prévus sur l’ITS. Ce nouvel engin est baptisé pour l’instant « BFR » pour Big Fucking Rocket en anglais (putain de grosse fusée en français). Elle servira à aller sur la Lune, sur Mars et même pour voyager à grande vitesse entre les villes de notre planète.

NEW YORK – PARIS EN MOINS D’UNE HEURE

Les choix architecturaux de ce nouveau lanceur ne mettent pas tout le monde d’accord. Ils semblent réalisables pour certains mais presque impossibles pour d’autres, sans compter qu’il faudrait aussi que le moteur Raptor fonctionne et que son utilisation en vol automatique soit autorisée au vol habité. Si tout fonctionne, après deux missions qui permettraient de livrer l’infrastructure nécessaire aux premiers arrivants, Musk prévoit d’envoyer des hommes en 2024 sur la Planète rouge.

La feuille de route du BFR SpaceX sera-t-elle tenue alors que le Falcon Heavy (24 satellites à lancer sur trois orbites différentes) et la version habitée de la capsule Dragon sont déjà très en retard par rapport à leurs calendriers initiaux ? En attendant Mars, Musk pense adapter ce projet aux trajets intercontinentaux. Il ne faudrait que quelques dizaines de minutes pour relier les grandes villes du monde.

Avec la BFR, vous pourriez faire un New York-Paris en 30 minutes.

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CULTURE) Cette nouvelle émission de télé va réveiller les morts !

21 avril 2021 – L’émission s’intitulera “Hôtel du temps”, et sera présentée par l’animateur Thierry Ardisson, sur la chaîne France 3… Le concept ?

Réaliser des interviews de grandes stars décédées, le tout, grâce aux effets spéciaux ; pour évoquer avec elles, leur carrière ou leurs engagements personnels. En bref, ressusciter les morts.

DES INTERVIEWS FICTIONS

Les interviews de l’Hôtel du temps, seront bien sûr fictives, Thierry Ardisson affirme d’ailleurs qu’elles seront réalisées en se servant de vraies déclarations tenues par les célébrités défuntes. Le tout, illustré par des effets spéciaux, comme avec la technique innovante du “Face Retriever », qui serait encore plus efficace que les désormais célèbres deepfakes, hypertrucage en bon français, tels qu’utilisés dans l’émission d’imitation “C’est Canteloup”, sur TF1.

DES DEEP-FAKES AMÉLIORÉS 

Cette méthode du face retriever est un concept inédit, entièrement pensé pour l’émission Hôtel du temps.

Plus concrètement, son fonctionnement repose sur la technologie, deepfake, mais va un peu plus loin. En effet, pour réaliser une interview, l’émission fera appel à deux personnes : un comédien pour le physique et la personnalité de la célébrité interviewée ; et un imitateur, qui s’assurera de reproduire une voix, la plus proche possible de la star censée être présente.

UN PROJET LONG ET COÛTEUX

Le projet de l’hôtel du temps, est aussi ambitieux que coûteux, en effet, selon le Parisien, le budget de l’émission serait proche des 600 000 euros. Un premier numéro, avec pour invité, Jean Gabin, pour lequel il aura fallu près de deux ans de préparation, avant de pouvoir commencer à tourner.

Un concept d’émission auquel songeait Thierry Ardisson, depuis longtemps. L’animateur a pu s’y consacrer pleinement, après son départ de la chaîne C8, en 2019.

Avant d’arriver sur France 3, l’émission avait été proposée à la diffusion, aux deux plus grandes plateformes de streaming légal Netflix, et Amazon Prime Video, sans succès. C’est finalement le groupe France Télévision, qui s’est laissé convaincre par l’originalité du concept.

Samuel Agutter (rédaction btlv.fr)

2020-11-23T11:05:21+01:0023 novembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser