fbpx

ESPACE : retour de Thomas Pesquet au printemps prochain à bord de Crew Dragon

28 juillet — Il est heureux, il ne cache pas sa joie ! Le spationaute Thomas Pesquet vient de l’annoncer sur Twitter. Il vient de recevoir son ticket pour l’espace.

Pour ce second voyage pour l’ISS, il ne décollera pas depuis les steppes sibériennes de Baïkonour, mais il sera le premier étranger à partir avec la nouvelle capsule américaine Crew Dragon de Space X.

« Fin du suspense : c’est avec le Crew Dragon de Space X que je décollerai l’année prochaine ! » a annoncé l’astronaute de l’Agence spatiale européenne.

Le choix de la NASA s’est donc porté sur l’entreprise d’Elon Musk qui était en concurrence avec Boeing.

Le français doit décoller au printemps prochain depuis Cap Canaveral en Floride.Il s’est déjà entraîné sur les simulateurs chez Space X, la société d’Elon Musk basée en Californie.

FINI LES COMMANDES MANUELLES

Dans le « cockpit futuriste » de Crew Dragon, doté à 100 % d’écrans tactiles, « il ne reste plus qu’à installer l’application +lancement+ sur les tablettes géantes », a tweeté, enthousiaste, l’astronaute. L’ingénieur et pilote de ligne, âgé de 42 ans, avait effectué sa première mission à bord de l’ISS en 2016-2017, appelée « Proxima », pendant six mois.

Le premier lancement habité de Space X vers l’ISS, s’est déroulé en mai dernier avec deux astronautes de la NASA, et il a marqué la fin du monopole spatial russe pour les vols habités depuis l’arrêt des vols de navettes américaines en 2011.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

MÉDITATION ACTIVE : Du mantra aux malas ou inversement

20 septembre 2020 – Les répétitions des mantras canalisent le mental, détendent le corps et apaisent l’esprit. Les malas sont utilisés comme des guides à la pratique des mantras.

QU’EST-CE QU’UN MALA ?

C’est un collier/chapelet de perles d’ailleurs mala (ou malajapa) est un mot sanskrit qui signifie  “guirlande“. Il fut utilisé par les sages depuis des milliers d’années pour leurs méditations. Les bouddhistes et les pratiquants de yoga l’utilisaient et l’utilisent encore dans leurs pratiques. Égrainer le mala (faire passer les perles une par une dans les doigts) permet de « compter » le nombre de fois que l’on récite un mantra.

Les malas sont composés de 108 perles et d’une perle Gourou. Cette dernière sert de repère après avoir égrainé les 108 perles de comptage.

Il existe aussi des malas avec 18, 27 ou 54 perles pour des séances de méditation plus courtes mais le nombre de perles est toujours proportionnel à 108.

POURQUOI RÉCITER DES MANTRAS ?

En sanskrit, « Man » signifie « penser » et « trana » veut dire « protection ».

Outre l’éventuel aspect protecteur des malas ils peuvent être utilisés pour divers raisons d’accompagnement. D’après Mya (créatrice de malas), réciter des mantras permet une meilleure circulation de l’énergie, peut améliorer l’état émotionnel et peut provoquer un apaisement général.

COMMENT CA MARCHE ?

Les mantras peuvent être des sons, des mots (« Om »…), de courtes prières ou formules qu’on répète à voix haute un certain nombre de fois, car, en Yoga la voix est utilisée comme un moyen de guérison. L’essence du mantra se retrouve dans le son, la vibration. L’énergie du récitant serait transformée de telle sorte que des bienfaits soient observés tant au niveau psychique que physique. Ils existent des mantras dédiés à divers objectifs et chacun peut trouver le sien. De nombreux mantras sont également liés à une divinité, mais cette pratique n’a pas forcément de connotation religieuse.

Pour voir l’émission « Bienvenue en Terre Happy: La Magie des Malas Sacrés avec Mya », c’est par ici:

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-07-28T16:22:04+02:0028 juillet 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser