fbpx

(ESPACE) Selon un physicien, nous ne sommes plus seuls dans l’Univers, une vie E.T. a été détectée en 2017 !

29 janvier 2021 — C’est à la fin du mois de décembre, que nous vous annoncions la sortie mondiale du livre de Avi Loeb «  Le Premier Signe d’une vie intelligente extraterrestre ». Ce n’est pas si fréquent qu’un livre portant sur la vie extraterrestre, bénéficie d’une telle couverture médiatique. C’est sans doute en raison du curriculum vitae de son auteur : Avi Loeb le directeur du département d’astronomie de l’Université de Harvard. Dans cet essai  l’astrophysicien  revient sur le passage d’un corps céleste étranger au Système solaire en 2017 le fameux Oumuamua -« messager » en hawaïen, preuve, selon lui, de l’existence d’une vie extraterrestre.

Vaisseau extraterrestre ou astéroïde ? ©DR

LA PLUS GRANDE DÉCOUVERTE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ

« Si j’ai raison, c’est la plus grande découverte de l’histoire de l’humanité », avertit Avi Loeb ce spécialiste des trous noirs  en s’appuyant  sur la détection d’Oumuamua, un objet en forme de cigare qui a traversé notre système solaire à toute vitesse, en octobre 2017.  Repéré par le télescope Pan-STARRS1 à Hawaï, Oumuamua  mesurait 400 mètres de longueur et 40 mètres de largeur. Sa vitesse était si élevée qu’il ne pouvait provenir que d’une étoile distante: c’était le premier objet détecté venant d’un autre système stellaire.

Après avoir été qualifié d’astéroïde, une équipe de l’Agence spatiale européenne avait estimé qu’il s’agissait plus probablement d’une comète éjectée d’un autre système stellaire.  Mais l’hypothèse laissa Avi Loeb sur sa faim. Car elle ne permettait pas selon lui d’expliquer l’accélération excessive de la chose, ni le fait qu’elle n’ait dégagé aucune traînée (gaz ou poussières) en passant à proximité du Soleil, ni sa forme insolite.

UNE SONDE PROPULSÉE PAR UNE CIVILISATION  E.T. ?

Avec un autre chercheur d’Harvard, il signa un article dans la revue Astrophysical Journal Letters, avançant la théorie que Oumuamua ne pouvait être qu’une sonde propulsée par une civilisation extraterrestre.Leur publication fut vivement critiquée. Aujourd’hui, écrit Avi Loeb, « le  débat se prolonge faute de preuves tangibles » et « quoi que l’on finisse par conclure au sujet de Oumuamua, force est de constater qu’il a été, et demeure, une anomalie en soi ».

Pour vous procurer le livre d’Avi Loeb, cliquez ici.

UN VISITEUR INTERSTELLAIRE JAMAIS IDENTIFIÉ

En 272 pages, le physicien Américano-Israélien expose ses hypothèses sur « ce premier visiteur interstellaire jamais identifié », et « explore la question de savoir si nous sommes seuls dans l’Univers », expliquent les éditions du Seuil.

Il regrette notamment « l’opprobre jeté » à l’université sur les questions relatives au SETI, un institut regroupant les projets de recherche d’intelligence extraterrestre, basé en Californie. Et plaide pour élargir le champ des recherches, au-delà de la quête d’une vie microbienne sur Mars, objectif de la mission Perseverance de la Nasa, qui doit atterrir sur la planète rouge le 18 février.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pour vous procurer le livre d’Avi Loeb, cliquez ici.

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ANTHROPOLOGIE) Les scientifiques auraient découvert, où et quand est apparu le premier Homo Sapiens?

24 février 2021 — Les premiers représentants du genre Homo sapiens sont apparus il y a environ 300 000 ans en Afrique, aujourd’hui nous avons des preuves.

Les premiers représentants d’Homo Sapiens sont apparus il y a 200 000 ans. C’est avant tout grâce à un climat favorable que l’Homo sapiens est apparu dans la région des  lacs Makgadikgadi, au sud du bassin du Zambèze dans l’actuel Botswana, en Namibie et  au Zimbabwe. Ce climat propice au développement de nos ancêtres a duré environ 70 000 ans. Puis une série de changements climatiques et tectoniques ont contraint la population à migrer. Les scientifiques identifient deux vagues principales d’établissements humains – il y a 130 000 ans dans le nord-est de l’Afrique et 110 000 ans dans le sud-ouest du continent.

PLUSIEURS  RACES HUMAINES SUR LA LIGNE DE DÉPART

Pendant ce temps là, certains sont restés sur place, mais l’Homo sapiens n’était pas le seul à fouler le sol de la Terre, ses cousins, les Néandertaliens et les Dénisoviens, parcourent déjà l’Eurasie depuis au moins 130 000 ans. Vers -100 000, en Asie du Sud-Est, les Hommes de Florès et de Callao prospèrent respectivement en Indonésie et dans les Philippines. Sans compter qu’existaient peut-être d’autres espèces, encore à redécouvrir.

C’est la génétique qui a permis à une équipe internationale de chercheurs dirigée par Vanessa Hayes de l’Australian Garvan Institute for Medical Research à Sydney de déterminer le lieu précis de cet apparition. Cela a été fait sur la base d’une analyse des génomes mitochondriaux des populations actuelles des pays sud-africains, au cours de laquelle 198 nouveaux mitogénomes rares ont été découverts.

Forts des données de cette étude, les scientifiques ont analysé des informations sur l’haplogroupe L0 – il s’agit de la première population connue de la science à ce jour d’humains modernes. Il y avait suffisamment de matériel génétique pour arriver à la conclusion que nos ancêtres sont apparus pour la première fois là où se trouvent maintenant le désert du Kalahari et le fleuve Okavango.

POURQUOI LHOMO SAPIENS EST-IL LE SEUL À AVOIR SURVÉCU?

C’est sans doute grâce à son cerveau complexe, avec ses 86 milliards de neurones, et volumineux – 1 350 centimètres cubes, jusqu’à six fois plus que celui d’un mammifère de taille équivalente que nous sommes toujours présents sur Terre. C’est le résultat d’un changement opéré par nos ancêtres dans leur manière de s’alimenter. Ils se sont mis à chasser, et la cuisson a permis une meilleure digestion des nutriments. Toutes ces améliorations ont permis au cerveau de se développer en élaborant de nouvelles techniques.

Mais il n’y a pas que le cerveau responsable du développement de l’homme moderne, selon une étude parue en novembre dernier dans Scientific Reports, Sapiens avait le pouce plus habile que son cousin le plus proche, l’Homme de Neandertal, grâce à une articulation moins plate, lui laissant plus de liberté pour saisir des objets avec précision. L’arrivée simultanée des techniques de fabrication des outils et la préparation des aliments nous ont apportés l’apport énergétique nécessaire à notre survie et à notre développement jusqu’à aujourd’hui.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2021-01-30T13:24:16+01:0029 janvier 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser