fbpx

ESPACE : un sursaut radio rapide répétitif repéré dans une galaxie voisine

13 janvier 2020 — Ce n’est que la cinquième fois qu’un signal de ce type a été capté par les astronomes. Il a été repéré l’année dernière, il provient d’une galaxie en spirale située à 500 millions d’années-lumière. C’est la première fois qu’un signal radio de ce type, nommé « sursaut radio rapide » a été localisé aussi près de chez nous.

«La localisation de cet objet est radicalement différente non seulement de celles des sursauts radio rapides répétés, mais également de tous les sursauts radio rapides étudiés jusqu’à présent», a expliqué KenzieNimmo, astronome à l’Université d’Amsterdam.

Les sursauts radio rapides, tels qu’ils sont connus par les scientifiques sous le nom de « FRB » (Fast radio burst en anglais), comptent parmi les phénomènes les plus mystérieux que l’univers a connus. Chaque sursaut ne dure que quelques millièmes de seconde et leur cause demeure une énigme.

Ce « FRB » serait « suffisamment proche » pour être étudié à l’aide de nombreux autres télescopes, précise néanmoins l’astronome MohitBhardwaj. Le fait d’avoir repéré l’origine de ce sursaut radio rapide pourrait aider les scientifiques à découvrir enfin leur vraie nature, mais aussi à en apprendre davantage sur la formation de l’univers

Rédaction btlv.fr (source Nature)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

STATION SPATIALE : encore une manœuvre pour éviter une collision avec un débris

23 septembre 2020 — Manœuvre délicate pour la Station spatiale internationale (ISS) afin d’éviter une possible collision avec un astéroïde.

On le sait depuis le début de la conquête spatiale, il y a des milliers de débris qui tournent autour de la terre et qui sont régulièrement répertoriés par la NASA et surveillés par une unité militaire

Cette année, il s’agissait de la troisième manœuvre de ce type, cela concernait une ancienne fusée japonaise.

De son côté, la NASA réclame des moyens supplémentaires pour surveiller des débris qui deviennent de plus en plus dangereux pour l’ISS.

Cette fois, le débris serait passé très près à 1,39 kilomètre de l’ISS, selon la NASA, mais il a été décidé d’élever l’orbite de la station par précaution. C’est une capsule cargo russe (Progress), amarrée à la station, qui a poussé l’ISS un peu plus haut en allumant ses propulseurs, pendant 2 minutes et demie, l’opération étant contrôlée en coopération entre les salles de contrôle russe et américaine.

DES ASTRONAUTES RÉFUGIÉS DANS LA CAPSULE SOYOUZ

Selon l’astronome Jonathan McDowell, l’objet menaçant était un débris provenant d’un étage d’une fusée japonaise lancée en 2018, et qui s’est désintégrée en 77 morceaux en février 2019.

Les membres d’équipage, deux Russes et un Américain, ont dû temporairement se placer dans la partie russe de l’ISS, afin de pouvoir évacuer en urgence avec la capsule Soyouz en cas de danger, ce qui n’a finalement pas été nécessaire (dans un premier communiqué, la NASA avait indiqué que les astronautes entreraient dans le vaisseau).

L’ISS était à environ 421 km au-dessus des océans avant l’opération, et à 435 km après. Elle file à environ 27 500 km/h: à cette vitesse, même un petit objet peut gravement endommager voire détruire un panneau solaire ou un autre élément.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-06-21T17:25:07+02:0013 janvier 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser