fbpx

(ESPACE) Thomas Pesquet suscite des vocations, les candidats astronautes n’ont jamais été aussi nombreux

24 juin 2021 — Plus de 22.000 aspirants aux étoiles, dont un quart de femmes, sont candidats pour devenir l’un des rares futurs astronautes européens, presque trois fois plus que lors de la sélection de 2008, a annoncé l’Agence spatiale européenne (ESA). Au total, 22.589 personnes originaires des 22 Etats membres et trois Etats associés de l’ESA ont postulé aux avis de candidatures à l’issue de la clôture de la campagne de recrutement, ouverte du 31 mars au 18 juin.

L’ESA avait reçu 8.413 candidatures pour sa précédente sélection il y a onze ans, dont le Français Thomas Pesquet faisait partie. La campagne 2021, qui souhaite une nouvelle génération d’astronautes plus diversifiée, a attiré près de trois fois plus de monde et quatre fois plus de femmes (5.419).

« C’est extraordinaire et certainement historique », s’est réjoui le directeur général de l’ESA, Josef Aschbacher, qui y voit un « symbole » de l’appétit européen pour l’exploration de l’espace, à bord de la Station spatiale internationale et avec les futures missions lunaires. « La concurrence s’annonce encore plus rude pour ces métiers de rêve, très convoités », a-t-il souligné.

PEU D’ÉLUS

Entre quatre et six candidats seulement franchiront la ligne d’arrivée fin 2022, au terme du long processus de sélection de six étapes. L’ESA retiendra également, pour la première fois, une vingtaine de personnes pour créer un « corps de réserve », ainsi qu’un astronaute avec un handicap physique.

La France arrive largement en tête des candidatures, avec 7.137 aspirants, dont 1.662 femmes et 67 personnes handicapées. Suivent l’Allemagne (3.700 candidats), le Royaume-Uni (1.979), l’Italie (1.860) et l’Espagne (1.344). L’ESA va désormais sélectionner les candidatures, pour lesquelles il est requis d’avoir moins de 50 ans, un diplôme de master scientifique ou d’ingénieur et au moins trois ans d’expérience professionnelle. Environ 1.500 candidats seront retenus pour la prochaine étape qui comprend les tests psychologiques.

Rédaction btlv.fr

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-06-24T10:48:06+02:0024 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser