fbpx

(ESPACE) Un astrophysicien du SETI est persuadé d’un contact E.T. d’ici 2036

4 décembre —  L’astrophysicien du SETI Seth Shostak est convaincu que l’humanité connaîtra l’existence d’une civilisation extraterrestre intelligente d’ici 2036! Il est même capable de parier une tasse de café pour confirmer sa prédiction.

Les scientifiques ne savent toujours pas où chercher la vie extraterrestre, mais maintenant ils devinent «quand» elle sera  peut être trouvée !

La puissance de calcul des ordinateurs chargés d’écouter des signaux  dans l’espace double tous les deux ans, a déclaré  Seth Shostak,  ils seront en mesure de détecter de plus en plus de canaux sur lesquels les extraterrestres peuvent communiquer.

Seth Shostak note également le manque d’information sur les recherches et ils  est conscient que le public ne comprend pas toujours très bien le travail effectué au SETI par les chercheurs.

Les documentaires et les médias  montrent souvent des scientifiques  cloués sur leur fauteuils,  derrière leur  écran 24 heures sur 24, écoutant les signaux radio venant de l’espace. En fait, ce n’est pas du tout le cas! «Nous ne sommes pas assis devant des ordinateurs et ne regardons pas les données en permanence. Ce serait  comme regarder des millions de chaînes de télévision simultanément », explique  Shostak.

Selon l’astrophysicien, d’après ses calculs, c’est en 2036 que les ordinateurs du SETI seront suffisamment puissants pour que les astronomes «puissent voir environ un million de systèmes stellaires». Shostak dit également que pour trouver une intelligence extraterrestre, il faudra étudier un million de systèmes. Les recherches avancent à grand pas, la rédaction de btlv.fr a publié récemment un article sur des scientifiques australiens qui viennent de cartographier des millions de galaxies inconnues.

Malheureusement, si les scientifiques tombent sur un signal extraterrestre, cela signifierait que sa source est trop éloignée et qu’une connexion directe avec elle est impossible. Les signaux radios sont limités en vitesse, de sorte que les années-lumière entre la Terre et la source de toute connexion potentielle pourraient signifier que le signal détecté pourrait avoir été envoyé il y a des milliers d’années.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(MYSTÈRE) Est-il dangereux de jouer au Ouija ?

28 février 2021 – Pour capter des informations ou par amusement, les adeptes du spiritisme s’adonnent au Ouija (prononcé « oui-ja »). Invention du XIXème siècle, cette planche sur laquelle se trouvent les lettres de l’alphabet, les chiffres, et les termes « oui », « non » voire « bonjour » et « au revoir », semble pouvoir être l’intermédiaire entre le monde de l’au-delà et les vivants. Les utilisateurs du Ouija questionnent l’esprit qui serait « appelé » en séance par l’intermédiaire d’un objet (un verre ou une « goutte »). Ce dernier se dirige vers les symboles, les uns après les autres, afin de constituer des réponses à leurs questions. Pour certains, le déplacement est dû à l’énergie des participants ou à l’effet idéomoteur (mouvements inconscients des personnes qui touchent l’objet durant la séance), pour d’autres à des entités appartenant au monde du subtil ou au royaume des défunts.

Alors que la communauté scientifique considère la pratique comme une pseudoscience, et que pour certains parapsychologues, le Ouija est sans danger particulier, un certain nombre de médiums déconseillent fortement de  » jouer avec ça « . En effet, des expériences négatives en séance et/ou des conséquences indésirables pourraient se manifester en s’adonnant à la pratique du Ouija (voir la libre antenne BTLV du 25 janvier).

En 1901, William Fuld, inventeur et entrepreneur américain de Baltimore (Maryland), a commencé la production de ses propres planches sous le nom de « Ouija ». D’après lui, « Ouija » serait un ancien mot égyptien signifiant  » bonne chance. » Il est aussi la combinaison de « oui » en français et en allemand. Le Ouija fût considéré pendant longtemps comme un jeu de société, puis pendant la première guerre mondiale, Pearl Curran (médium américaine) en a fait un support de divination. Elle aurait été guidée, via le Ouija par Patience Worth pour écrire ses romans.

Les spirites disent que le Ouija est une forme de médiumnité qui permettrait de communiquer avec d’autres plans. Pour les religions monothéistes, cette pratique est liée à l’occulte, et ceux qui participent à des séances de Ouija parlent en réalité avec le Diable ou des entités négatives.

Alors si comme dans le film  » Jumanji « , vous préférez ne pas être obligé de terminer la partie, mieux vaut peut-être ne pas la commencer … Cependant, pour les plus audacieux d’entre vous, pourquoi ne pas aller passer une soirée au château de Fougeret, dans la Vienne, pour oser l’expérience avec Véronique Geffroy, une experte en la matière ?

Voir également l’émission  » Les Affranchis de l’info  » : Paranormal, peut-on tout expliquer ? (réservé aux abonnés)

Thierry Penin (rédaction btlv.fr)

2020-12-04T15:26:20+01:004 décembre 2020|

Actus susceptibles de vous intéresser