fbpx
x

(ESPACE) Un investisseur privé va se faire construire sa propre station spatiale

28 août 2021 – Alors que la course à l’espace a déjà débuté, certaines fortunes semblent viser d’autres objectifs dans le domaine spatial. En effet, la société américaine Collins Aerospace filiale de Raytheon Technologies a annoncé le 23 août qu’un client qui a tenu à garder l’anonymat lui avait attribué un contrat de 2,6 millions de dollars pour fournir des systèmes de soutien de la vie pour une station spatiale. 

Le contrat obtenu par Collins Aerospace porte donc sur les systèmes de contrôle de l’environnement et de soutien de la vie aussi appelé (ECLSS). Il s’agit d’un ensemble de technologies qui doit permettre des conditions de vie agréables en dehors de l’atmosphère terrestre. Parmi ces technologies, il y a la revitalisation de l’air et des systèmes de contrôle de la pression et de la température dans l’espace. La société a estimé que son système de contrôle de l’environnement et de soutien de la vie sera opérationnel d’ici quelques années. Le Vice-Président de Collins Aerospace s’est montré très enthousiaste au sujet de ce contrat, car cela signifie qu’il y a “une nouvelle ère de vols spatiaux commerciaux qui crée le besoin de recréer des atmosphères semblables à celles de la Terre dans l’orbite basse terrestre”.

UN MYSTÉRIEUX CONTRAT

Selon l’entreprise, Collins Aereospace le client vise des séjours de longue durée en orbite néanmoins pour le moment aucun calendrier n’a encore été dressé. En effet, c’est le mystérieux client qui devrait fixer lui-même le calendrier des départs vers cette future station spatiale. Par ailleurs, on ne sait pas si cette station spatiale internationale sera un module attaché à l’ISS ou un avant-poste à part entière. De nombreuses spéculations sur l’identité de ce mystérieux investisseur pointent vers Axiom Space, une entreprise privée de tourisme spatial. Des soupçons qui s’expliquent par le fait qu’il s’agit de l’entreprise la plus en vue en ce qui concerne la planification d’une station spatiale commerciale. En effet, elle a conclu un accord avec SpaceX pour transporter des passagers vers l’ISS et a proposé un module pour la station exclusivement à l’usage d’astronautes privés. Axiom Space n’a d’ailleurs pas souhaité communiquer sur les rumeurs faisant d’elle le mystérieux investisseur. Quoi qu’il en soit cet investissement montre que l’industrie spatiale est plus que jamais en constante évolution.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-29T18:53:51+02:0029 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser