fbpx
x

(ESPACE) Un module russe de l’ISS dégage de la fumée

9 septembre 2021 – Il était presque cinq heures du matin quand le détecteur de fumée s’est déclenché dans le module de service Zvezda. Une odeur de plastique brûlé s’est faite sentir, accompagnée de fumée. Selon l’agence de presse russe Ria Novosti, l’astronaute français Thomas Pesquet indique que cette odeur est parvenue jusqu’au segment américain.

L’agence spatiale russe Roscosmos indique que l’équipage était en sécurité. “Tous les systèmes fonctionnent normalement” selon elle. Un filtre atmosphérique a été utilisé pour “éliminer une éventuelle pollution par les fumées”. 

UN MODULE EN SI BON ÉTAT QUE ÇA ?

Au mois d’août, Roscosmos, qui est chargée de la maintenance, a jugé le module dans un état inquiétant avec 80% des systèmes de vol en “fin de leur durée de service”. Fin juillet, une fuite d’air a été découverte dans le Zvezda.

UN ÉQUIPEMENT RUSSE VIEILLISSANT

Les autres modules russes ne sont pas dans un meilleur état. Le mois dernier, des fissures ont été repérées sur le module Zarya. Le module Nauka, âgé lui de 23 ans, avait provoqué une perte de contrôle de l’altitude de l’ISS : ses propulseurs à réactions s’étaient rallumés quelques heures après son amarrage.

SORTIE SPATIALE MAINTENUE

Les cosmonautes Oleg Novitsky et Piotr Doubrov doivent réaliser une sortie extravéhiculaire ce jeudi. Ils poursuivent les travaux d’intégration du module Nauka, qui s’est amarré fin juillet à l’ISS, après 15 ans de retard et de problèmes techniques.

L’INDUSTRIE SPATIALE RUSSE VEUT SE REFAIRE

Après avoir affronté de nombreux échecs et plusieurs scandales de corruption, la Russie compte entreprendre de plusieurs projets ambitieux, comme la construction d’une base lunaire ou de sa propre station spatiale.

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Jeff Bezos compte construire une station spatiale privée

26 octobre 2021 – Jeff Bezos semble vouloir pousser encore plus loin le tourisme spatial. Comme le montre son nouveau projet, Orbital Reef, une  station spatiale privée décrite comme un parc commercial pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes.

La société Blue Origin de Jeff Bezos et Sierra Space se sont associés dans un projet de grande envergure à savoir une station spatiale privée pouvant accueillir jusqu’à 10 personnes. Ils ambitionnent de pouvoir la rendre opérationnelle d’ici la deuxième moitié de la décennie. Cette station spatiale qui sera baptisée Orbital Reef montre que la course pour la commercialisation de l’orbite terrestre basse a atteint un nouveau stade. Dans un communiqué BLue Origin et Sierra Space ont annoncé que cette station spatiale s’adresserait  à un large panel de client “Agences spatiales expérimentées, consortiums dans les hautes technologies, nations sans programme spatial, médias et agences de voyages, entrepreneurs et inventeurs subventionnés, investisseurs portés vers l’avenir, tous ont leur place”. La station évoluera à 500 km d’altitude, soit un peu plus haut que l’ISS et mesurera 830 m3, soit presque autant que l’ISS.

UN NOUVEAU SUCCESSEUR POUR L’ISS

À l’image de Starlab, Blue Origin et Sierra Space ont donc annoncé à leur tour la mise en place d’une station spatiale privée qui devrait entrer en service à l’horizon 2025. Une annonce qui intervient à un moment où la mise en place d’une station spatiale est intéressante stratégiquement puisque en théorie l’avenir de l’ISS est aujourd’hui officiellement assuré jusqu’en 2024. À cela s’ajoute le fait que d’un point de vue technique, la NASA a entériné le fait qu’elle soit capable d’opérer jusqu’en 2028 même si le patron de la NASA Bill Nelson, s’est prononcé en faveur de son extension jusqu’en 2030. Quoi qu’il en soit, l’ISS a une date de péremption qui approche à grands pas et des stations comme Orbital Reef seront là pour prendre la relève.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-09T15:55:16+02:009 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser