fbpx
x

(ESPACE) Un retour sur la lune en 2024 de plus en plus improbable

14 août 2021 – Avec le programme Artemis, la NASA a fixé la date d’un retour sur la Lune pour fin 2024. Cependant, dans les faits, de nombreux éléments de ce programme sont très en retard, ce qui laisse présager inévitablement un report de la date de lancement.

Si un départ pour la Lune d’ici fin 2024 semble impossible, c’est parce que de nombreux programmes clés accusent un trop grand retard. Des ralentissements qui s’expliquent par la crise du Covid-19, mais aussi par des difficultés de financement et des problèmes techniques. Ce qui peut surprendre quand on sait qu’initialement le programme a été lancé il y a 15 ans. Tout récemment un nouveau problème s’est posé concernant les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune qui selon un récent rapport ne seront pas prêtes, au mieux, avant avril 2025. Pourtant, la NASA a injecté 420 millions de dollars de R&D dans ces combinaisons et elles devraient encore coûter au moins 625 millions de dollars. Ces combinaisons devraient donc atteindre un coût total avoisinant le milliard. Sans ces combinaisons, il semble évident que la mission ne pourra pas avoir lieu en 2024.

ALLER SUR LA LUNE, UN VÉRITABLE DÉFI TECHNIQUE QUI DEMANDE DU TEMPS

Pour les experts, ce retard qui semble désormais inévitable n’est pas une surprise. Le plus important est qu’il y ait une continuité dans la mise en place de ce programme spatial lunaire. Ce qui a été confirmé par Joe Biden quelques mois après son entrée en fonction qui n’a pas caché ses ambitions concernant le programme spatial américain. Il a d’ailleurs affiché son soutien au programme lunaire Artemis avec une hausse de son budget de 6,9 milliards d’euros. Pour le moment, la NASA envisage toujours un retour sur la Lune dès 2024 mais il est probable que d’ici quelque temps, l’agence annoncera que 2024, n’est plus un objectif. Il est donc plus réaliste que cette mission lunaire aura lieu d’ici 2026 voire 2028.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(INNOVATION) L’armée américaine s’est dotée de fusils qui visent et tirent automatiquement

27 octobre 2021 – L’armée américaine s’est récemment procuré des SMASH 2000, un système de visée informatisé qui grâce à un algorithme permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser.

Afin de permettre à ses soldats de mieux viser et donc d’être plus efficace, l’armée américaine a décidé de miser sur le SMASH 2000. Il s’agit d’un système de visée informatisé qui en apparence ressemble à une lunette classique, qui se glisse sur le haut d’un fusil d’assaut. Le système fonctionne grâce à une caméra et un laser qui permet de déterminer la distance entre l’arme et la cible. Un algorithme intégré permet ainsi de détecter automatiquement la cible, de prédire ses mouvements et d’indiquer au tireur où viser. En d’autres termes il s’agit de viseurs intelligents conçus pour aider les tireurs à repérer les cibles et à leur montrer ensuite le point de visée le plus optimal à engager, même lorsqu’ils se déplacent.

UNE SORTE DE ROBOT TUEUR

En plus de constituer une redoutable aide à la visée, le système SMASH 2000 peut au militaire quand et où tirer d’une certaine façon c’est la machine qui prend le tir en main. En fait, avec cette technologie, une fois que la lunette a acquis sa cible, le militaire n’a plus qu’à presser la détente de son arme et laisser le système électronique prendre en charge le tir. C’est donc l’algorithme qui décide de faire feu lorsqu’il est certain que la balle peut toucher sa cible. En outre, bien qu’il soit sous le contrôle d’un soldat, c’est donc tout de même le SMASH 2000 qui prend la décision finale, on peut donc le voir comme un robot tueur. Ainsi cette technologie montre que petit à petit l’intelligence artificielle prend de plus d’importance dans l’armée.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-08-14T20:48:56+02:0014 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser