fbpx
x

(ESPACE) Une météorite tombée en Angleterre pourrait dévoiler des informations sur les origines de la vie sur Terre

14 juillet 2021 – Dans la nuit du 28 février, un corps rocheux a transpercé le ciel et embrasé l’atmosphère au-dessus de l’Angleterre. Cette météorite de taille modeste est minutieusement étudiée par plusieurs équipes de chercheurs car elle aurait la particularité de remonter au début du Système solaire, il y a 4,5 milliards d’années. Elle pourrait donc révéler certains secrets concernant les origines de la vie sur Terre.

Récemment, cette météorite a été officiellement classée, principalement grâce aux études sur l’échantillon financé par le Science and Technology Facilities Council (STFC) et est désormais nommée météorite de Winchcombe. C’est la première météorite à être récupérée au Royaume-Uni depuis 30 ans et la toute première chondrite carbonée du pays qui est un type de roche spatiale extrêmement rare car ce sont les matériaux extraterrestres les plus anciens et les plus primitifs à être étudiés. C’est une météorite pierreuse constituée principalement de silicates, riche en eau et en matière organique. Par ailleurs, elle a la particularité d’avoir conservé sa chimie depuis la formation du Système solaire et c’est en ce sens qu’elle intéresse beaucoup les scientifiques.

Les scientifiques espèrent qu’en étudiant sa minéralogie et sa chimie, ils pourront en savoir plus sur la formation du Système solaire. Dr Queenie Chan, de l’Université de Londres s’est d’ailleurs montrée très enthousiaste sur ce que pourrait nous apprendre cette météorite “L’étude de la météorite quelques semaines seulement après sa chute, avant toute contamination terrestre significative, signifie que nous sommes vraiment en train de jeter un coup d’œil dans le passé sur les ingrédients présents à la naissance du Système solaire, et d’apprendre comment ils se sont assemblés pour former des planètes comme la Terre “. En raison de son ancienneté, cette météorite peut aider les scientifiques à déterminer les éléments constitutifs de notre système solaire. Elle pourrait même donner des indices sur la matière chimique qui a permis la vie sur notre planète. Ainsi Winchcombe pourrait peut-être aider les scientifiques à percer les secrets des origines de la vie sur terre.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-07-14T11:45:11+02:0014 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser