fbpx

[Extrait Vidéo] Les Crânes de Cristal – Imanna

Plus d’infos sur l’émission : Depuis plusieurs années, des crânes de cristal refont surface dans de nombreuses régions du monde. Les Mayas qui ont conservé la connaissance des Anciens, les considèrent comme des enseignants spirituels présents sur Terre afin de guider les hommes vers une plus grande sagesse et donnant accès au Grand Esprit. Ils sont d’importants amplificateurs énergétiques et des éveilleurs de la conscience. Ils permettent la connexion avec notre âme, avec les annales akashiques, avec le Soi supérieur, notre ou nos guides, des maitres ascensionnés et des Êtres d’autres dimensions. Les crânes de cristal une fois activés, peuvent nous élever vibratoirement. Ils permettent   notamment de développer nos capacités extra-sensorielles, une reconnexion à notre Être multidimensionnel, facilitée par l’intégration de la fréquence cristalline de ces crânes anciens. Sur BTLV, Yves Carra reçoit Imanna et sa Crystal Team.  Immana, en tant que channel, médium, coach holistique reliée aux mondes subtils, est en contact dès qu’elle le souhaite avec les consciences de ses crânes. Elle pose des questions qui ne restent jamais sans réponses. Elle se dit enfant indigo avec une hypersensibilité et a vécu des expériences mystiques. Plus tard, la médiumnité se déclare en elle à travers des épreuves de foi. Rencontre avec un être de lumière, NDE négative, coup de foudre juste à ses pieds et accident évité de justesse grâce à un ange gardien. Sans avoir jamais cherché à posséder des crânes qu’elle trouvait d’ailleurs morbides, elle nous parle dans cette émission de sa cristal team composée d’une dizaine de crânes en cristal. Imanna nous raconte sa première rencontre avec ces fameux crânes de cristal. Lors d’un voyage au Mexique pour suivre des enseignements mayas, elle et son mari rencontrent un chaman Maya Lacandon, et celui ci était porteur d’un crâne. A sa demande, ils sont repartis avec. Depuis, les enseignements sacrés et les rites initiatiques se sont succédés, les contacts avec les êtres d’autres dimensions se sont accélérés. Ces crânes fonctionnent indépendamment ou ensembles, ils servent pour des soins et peuvent communiquer avec elle, chacun a ses capacités, comme le nettoyage, la guidance, etc. Un crâne nous appelle, et un crâne s’active dans sa capacité à communiquer. D’autres crânes d’anciennes traditions (Mongolie, Inca, Népal) sont venus rejoindre sa Team. D’après elle, ils peuvent nous rendre de nombreux services en nous mettant sur les bons chemins. Ils souhaitent être avec nous et à coté de nous dans cette période d’élévation de la conscience, ils seront de plus en plus présents à nos cotés pour nous inciter à être responsables et à retrouver notre dimension de co-créateur. Découvrez ici les crânes de cristal et leurs pouvoirs, et l’accompagnement d’Imanna auprès de personnes qui cherchent leur propre lumière, en quête de guérison de l’âme et du cœur.

À la Une

(SANTÉ) La misophonie la maladie qui n’aime pas le bruit !

16 janvier 2021 —  Bruits de mastication, d’une craie sur un tableau, ou simplement d’un crayon tombé par terre… tout ça vous agace au plus haut point ? Vous êtes peut-être misophone. Gros plan sur cette maladie qui déteste le bruit.

Franchement, être agacé par un bruit de mastication le matin au petit déjeuner, quoi de plus normal ? En revanche, si le moindre mâchonnement de chewing-gum, reniflement ou léger bruit de pas ou même brossage de dents éveille en vous l’irrépressible envie de tuer quelqu’un, vous êtes peut-être misophone.

La misophonie, où littéralement « haine du son », est un trouble neuropsychique rarement diagnostiqué mais commun, caractérisé par des états psychiques forts désagréables (colère, haine, anxiété, rage, dégout) déclenchés par des sons spécifiques. L’intensité des sons, qui peut être élevée ou faible, peut provoquer des émotions négatives et particulièrement intenses. Elle apparaît à un très jeune âge, durant l’enfance, ou pendant l’adolescence, et s’aggrave avec l’âge de 8 ou 9 ans.

« VULNÉRABLE À CHAQUE INSTANT »

Les personnes touchée par ce dysfonctionnement du cerveau expliquent vivre un calvaire au quotidien. Que pour eux, les bruits ne sont pas seulement dérangeant, mais ils sont insupportables.

« Être misophone, c’est se sentir vulnérable à chaque instant, explique une personne atteinte par la maladie au site Planet. Il n’y a pas un jour où je ne pense pas aux stratégies d’évitement que je pourrais mettre en place pour améliorer mon quotidien. Je suis obligée de porter des boule-quies au travail, lors d’un dîner entre amis, ou encore au cinéma. Cela veut dire garder les cheveux détachés, même lorsqu’il fait très chaud, pour que cela ne se voit pas. Beaucoup de personnes ont conscience que les bruits me dérangent, mais elles ignorent à quel point. »

La misophonie, qui se distingue de la phonophobie (la crainte d’avoir à écouter un bruit, de peur qu’il ne soit insupportable) et de l’hyperacousie (une hypersensibilité de l’ouïe : celle-ci peut entraîner de fortes douleurs après n’importe quel type de bruit), ne possède pas encore de traitement médical. Des pistes sont explorées, mais le casque anti-bruit ou avec de la musique dans les oreilles reste aujourd’hui le meilleur remède.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-03-24T17:50:30+01:0024 avril 2016|

Actus susceptibles de vous intéresser