fbpx

(EXTRATERRESTRE) Selon une étude scientifique, les manchots seraient d’origine extraterrestre

16 septembre 2021 – Les extraterrestres seraient-ils sous nos yeux depuis le début ? C’est en tout cas, ce que suggère une étude scientifique anglaise qui émet l’hypothèse selon laquelle les manchots viendraient d’ailleurs.

Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs de l’Imperial College de Londres qui ont fait cette découverte, se basent sur la présence d’un élément chimique originaire de Vénus dans les déjections des manchots. Cet élément chimique, c’est la phosphine. Il s’agit d’un gaz incolore, légèrement plus lourd que l’air, mortellement toxique, extrêmement inflammable et qui est l’un des principaux composants de l’atmosphère de Vénus.

UNE ÉNIGME SCIENTIFIQUE

Les chercheurs ne sont pas en mesure pour le moment d’expliquer la présence de la phosphine dans les déjections des manchots.

Bien que la phosphine soit très présente dans l’atmosphère de Vénus, il existe des endroits sur Terre où on peut en trouver comme le limon des étangs, les entrailles des blaireaux ou les piles de guano de pingouins.

Il faut savoir que la phosphine est très difficile à étudier car une exposition à l’oxygène provoque instantanément sa destruction. C’est dans le ciel de Vénus et non sur Terre que l’on pourrait l’étudier de manière efficace. Quoi qu’il en soit, il sera difficile de prouver l’origine des manchots.

Mais d’après les chercheurs, si on arrive à comprendre la raison de la présence du gaz chez cet animal, cela pourrait nous permettre d’identifier la vie sur d’autres planètes.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-16T11:58:49+02:0016 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser