fbpx

s03e074 – Gilles Lavalliere – Les solides de Platon

 

Plus d’infos sur l’émission :

Lors d’une initiation au Pérou avec un Maître, Gilbert Lavallière a reçu tout un enseignement de la part des Solides de Platon ou la MorphoHarmonie. Pour lui les solides de Platon sont cinq formes particulières qui ont comme propriétés d’avoir toutes leurs faces et leurs angles équivalents. Celui que l’on connaît le plus c’est le cube associé à la Terre, mais il existe aussi l’octaèdre associé à l’Air qui est une double pyramide accolée par la base, le tétraèdre associé au Feu qui est un pyramide triangulaire et deux autres plus complexes le dodécaèdre qui possède douze faces pentagonales et l’icosaèdre associé à l’eau qui a 20 faces triangulaires équilatérales. Ce sont des formes en volumes qui sont connues depuis la nuit de temps. Platon dans ses écrits les associe aux 5 éléments. Avec Gilles lavallière découvrez-en tous leurs usages et leurs bienfaits…

 

À la Une

(UNIVERS) La sonde Osiris-Rex a réussi à entrer en contact avec une astéroïde

21 octobre 2020 — Il s’agit une nouvelle fois d’un exploit, la sonde Osiris-Rex a peut-être réussi son opération sur l’astéroïde Bennu. Quatre ans après son lancement, la sonde devait ramasser quelques dizaines de grammes de poussières. Une opération très technique et surtout à une distance de 330 millions de kilomètres de la Terre.

Il faudra attendre quelque jour pour savoir si cette mission a été réussie

« Tout s’est passé parfaitement », a annoncé quelques minutes après le contact, Dante Lauretta, le chef de la mission, submergé d’émotions, qui est allé jusqu’à déclarer que l’équipe avait « écrit une page d’histoire ce soir ».

LE PILOTAGE AVEC UN DÉCALAGE DE 32 MINUTES

L’année dernière,le Japon avait réussi avec sa sonde Hayabusa2 à récupérer un peu de poussière d’un autre astéroïde, Ryugu, et elle est sur le chemin du retour, avec un retour prévu en décembre. Avec Osiris-Rex, la Nasa espère collecter plus de fragments, au moins 60 grammes, dont elle espère qu’ils révéleront les ingrédients originels du système solaire.

« Nous ne pouvons pas piloter l’appareil avec un joystick en temps réel », avait expliqué Kenneth Getzandanner, responsable des opérations de vol.

À cette distance, le signal met 18 minutes et demie pour aller de la Terre à Bennu, et inversement.

Le premier message de confirmation de l’opération est arrivé sur Terre comme prévu à 22 h 12 GMT mardi, puis l’appareil a confirmé avoir réalisé l’échantillonnage, et être reparti à distance sûre de Bennu.

Il faudra attendre quelques jours pour connaître la masse collectée de poussière.

16 SECONDES POUR UN EXPLOIT

Douze années pour un contact de moins de 16 secondes, lors desquelles un bras devait collecter des grains de deux centimètres de diamètre ou moins, qui auront été soulevés par un souffle d’azote comprimé.

« Nous ne pouvons pas atterrir sur Bennu, on ne fera qu’embrasser la surface », avait résumé Beth Buck, de Lockheed Martin.

L’intérêt d’analyser la composition des astéroïdes du système solaire est qu’ils sont composés des mêmes matériaux qui ont formé les planètes. Comme une « pierre de Rosette », dit le chef scientifique de la Nasa, Thomas Zurbuchen, Bennu peut « raconter l’histoire de la Terre et du système solaire depuis quelques milliards d’années ».

Les échantillons reviendront le 24 septembre 2023 sur Terre, avec un atterrissage prévu dans le désert de l’Utah.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2016-07-12T18:04:19+02:0016 mars 2016|

Sujets susceptibles de vous intéresser