fbpx

HALLOWEEN : 20 000 dollars à celui qui tiendra 10 heures dans une maison hantée

25 octobre 2019 — Une prime de 20 000 dollars sera offerte par le propriétaire du McKamey Manor à Summertown, dans le Tennessee, pour passer 10 heures dans une maison hantée. Russ McKameya inventé la maison hantée la plus «effrayante».

Les candidats devront essayer de tenir 10 heures consécutives dans cette maison de l’horreur. À la clé : 20 000 dollars (18 000 euros) pour celui qui aura été le plus courageux, détaille Fox Business. « C’est une expérience rude, intense et vraiment effrayante », prévient le McKamey Manor sur son site.

Pour participer à cette expérience, il faudra répondre à un certain nombre de critères : avoir au moins 21 ans, fournir un certificat médical, être apte physiquement et mentalement, mais également effectuer un dépistage de drogues.

Par ailleurs, le propriétaire exige que tous les candidats aient souscrit à une assurance en cas de problèmes de santé, mais aussi qu’ils signent une décharge de 40 pages. Chaque participant devra également choisir un mot de passe, à prononcer s’il souhaite quitter la maison.

À l’intérieur, des règles strictes seront imposées aux participants : interdiction de jurer, de fumer, de boire, de manger, de courir, ou de toucher les accessoires et les acteurs. Dans sa vidéo de présentation, le McKamey Manor prévient que les conditions à l’intérieur peuvent être extrêmes : faible visibilité, humidité, environnements physiquement exigeants et un contact étroit avec « des scènes d’horreur très réelles ». « Chaque visiteur sera poussé à bout sur le plan psychologique et sur le plan physique ». Alors êtes-vous prêt à tenter l’expérience ?

Rédaction btlv.fr (source Fox Business)

En attendant Holloween, revivez le spécial paranormal sur btlv.fr

 

 

 

 

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

STATION SPATIALE : encore une manœuvre pour éviter une collision avec un débris

23 septembre 2020 — Manœuvre délicate pour la Station spatiale internationale (ISS) afin d’éviter une possible collision avec un astéroïde.

On le sait depuis le début de la conquête spatiale, il y a des milliers de débris qui tournent autour de la terre et qui sont régulièrement répertoriés par la NASA et surveillés par une unité militaire

Cette année, il s’agissait de la troisième manœuvre de ce type, cela concernait une ancienne fusée japonaise.

De son côté, la NASA réclame des moyens supplémentaires pour surveiller des débris qui deviennent de plus en plus dangereux pour l’ISS.

Cette fois, le débris serait passé très près à 1,39 kilomètre de l’ISS, selon la NASA, mais il a été décidé d’élever l’orbite de la station par précaution. C’est une capsule cargo russe (Progress), amarrée à la station, qui a poussé l’ISS un peu plus haut en allumant ses propulseurs, pendant 2 minutes et demie, l’opération étant contrôlée en coopération entre les salles de contrôle russe et américaine.

DES ASTRONAUTES RÉFUGIÉS DANS LA CAPSULE SOYOUZ

Selon l’astronome Jonathan McDowell, l’objet menaçant était un débris provenant d’un étage d’une fusée japonaise lancée en 2018, et qui s’est désintégrée en 77 morceaux en février 2019.

Les membres d’équipage, deux Russes et un Américain, ont dû temporairement se placer dans la partie russe de l’ISS, afin de pouvoir évacuer en urgence avec la capsule Soyouz en cas de danger, ce qui n’a finalement pas été nécessaire (dans un premier communiqué, la NASA avait indiqué que les astronautes entreraient dans le vaisseau).

L’ISS était à environ 421 km au-dessus des océans avant l’opération, et à 435 km après. Elle file à environ 27 500 km/h: à cette vitesse, même un petit objet peut gravement endommager voire détruire un panneau solaire ou un autre élément.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

2020-03-24T17:38:46+01:0025 octobre 2019|

Sujets susceptibles de vous intéresser