Découvrez le premier site (Vidéo / Audio / Actu) consacré à la santé, au bien-être et aux thérapies complémentaires

Regardez et écoutez BTLV gratuitement et sans engagement pendant 7 jours
+3000H d'émissions pour donner du sens à sa vie
Je découvre maintenant

15 septembre 2018 : Lorsque les gens prennent des drogues hallucinogènes, les figures géométriques qui surviennent le plus souvent sont spirale, tunnel, toile d’araignée et ruche. Jusqu’à aujourd’hui, les chercheurs pensaient que ces figures déclenchaient un phénomène particulier dans le fonctionnement de notre cerveau. Nous savons maintenant que ce lien n’est pas facile à établir. Pour les scientifiques, ce que les adeptes des hallucinogènes voient ou pensent voir dépend de l’endroit où ils se trouvent et de la lumière qui arrive à leurs yeux.

POURQUOI SI PEU DE FIGURES ?

Pour le biologiste Jack Cowan, de l’Université de Chicago et certains qui lui ont emboité le pas, ces formes renvoient à la façon dont nos neurones organisent notre information visuelle. Au départ, on trouve des lignes et des ronds, et notre cerveau met tout en ordre, morceau par morceau, afin de former une image cohérente. Est-ce le même processus dans les observations d’Ovnis ? Sans y répondre vraiment, avec ces théories scientifiques, certains vont peut-être trouver ici l’explication des apparitions d’objets volants non identifiés. Ces observations seraient-elles le fruit d’un assemblage d’images par nos neurones ? Dans tous les cas, si les théories de Cowan et de ses adeptes sont bonnes, les mathématiques pourraient-elles nous permettre d’identifier quels neurones sont activés et quels neurones ne le sont pas quand notre cerveau perd le contrôle ? On peut l’espérer. Nous ne sommes qu’au début de la compréhension des possibilités de notre cerveau.

Bob Bellanca (btlv.fr/BiologicalCybernetics)