fbpx

(IMMOBILIER) Un Village hanté est à vendre en Écosse

5 juillet 2021 — On le sait, l’Ecosse est reconnue pour être terre de fantôme. On dit même que chaque château à son fantôme, c’est ce que nous rappelait Ludovic Ardoise lors de sa venue sur btlv.fr pour son livre « Frissons en Ecosse »

Cette fois, ce sont les ruines d’un village écossais, qui seraient occupées par le fantôme d’une prophète du XVIIe siècle, qui sont à vendre. Sur environs 14 000m2 sur la rive du Loch Tay, le village de Lawers a la particularité d’être constitué de très vielles constructions qui datent de plusieurs siècles. Totalement déserté en 1926, le seul habitant qui y serait resté dans le village serait un fantôme. Légende locale de son vivant ses prophéties se seraient concrétisées à plusieurs reprises et ont fait d’elle une légende locale.

LA NOSTRADAMUS ÉCOSSAISE

Surnommée « Lady of Lawers », Mary Campbell, habitait le village à la fin du XVIIe siècle et avait la réputation de pouvoir prévoir les événements futurs, qu’elle révélait d’une manière aussi poétique que le faisait Nostradamus. L’une de ses prédictions fut celle liée à un frêne qu’elle avait planté, elle-même, près de l’église du village. Elle avait avertie que lorsque l’arbre atteindrait la hauteur du pignon de l’église, le bâtiment se « fendrait en morceaux ». Des siècles plus tard, sa prédiction s’est réalisée lorsqu’un violent orage a détruit l’église juste au moment où l’arbre avait atteint la hauteur prescrite. Il n’en fallait pas plus pour y voir un signe réel de son pouvoir prophétique. Mary Campbell aurait également annoncé l’émergence des chemins de fer et celle des bateaux à vapeur ». En revanche, parmi les prophéties qui ne sont pas encore réalisées, celle d’un navire qui coulerait dans le Loch Tay et faisant plusieurs victimes. Espérons qu’elle se soit trompée. Liée au village, beaucoup estiment que son fantôme légendaire y erre toujours.

HOW MUCH ?

Si cela vous intéresse, le prix actuellement demandé pour l’ensemble du village est de 145 000€. En bonus, vous serez également propriétaire d’une plage privée, de droits de pêche, et d’une forêt. Reste à savoir si « Lady of Lawers » avait prédit l’identité du futur acquéreur. En attendant de la découvrir, ne loupez pas mercredi 7 juillet, les « Affranchis de l’info » consacrés au troisième œil, celui qui aurait permis à Mary Campbell de devenir prophète.

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) Starliner, la capsule spatiale de Boeing s’apprête à voler vers l’ISS

01 août 2021 – Si tout se passe comme prévu, la capsule CST-100 Starliner de Boeing devrait être lancée le 3 août 2021 pour un deuxième vol d’essai sans équipage. Un vol de la plus haute importance puisqu’il précède l’échec de son premier vol, en décembre 2019.

Alors que tout récemment le module russe Nauka avait rejoint l’ISS c’est un modèle américain cette fois qui s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale. Ce vol était initialement prévu pour le 30 juillet 2021, mais ce deuxième vol d’essai du CST-100 Starliner, destiné aux vols habités vers la station spatiale internationale a été repoussé au 3 août. Créé par Boeing pour la Nasa, ce vaisseau commercial sera mis en orbite par le lanceur Atlas 5 de la base de Cap Canaveral, en Floride. Ce deuxième vol-test intervient plus d’un an et demi après l’échec, en décembre 2019, du premier vol lié à des défauts de logiciels de bord et de système de communication du vaisseau. Boeing a alors proposé à la Nasa de réaliser un autre vol d’essai sans équipage à ses frais.

UN VOL À FORT ENJEU

Suite à l’échec de la première tentative en 2019, Boeing s’est retrouvé fortement distancé par son rival Space X dans le domaine du transport d’astronautes. En effet depuis 2019, la société Space X a réussi ses essais, mais surtout, elle a lancé 3 équipages d’astronautes vers l’ISS. Ce vol est également important de par le coût financier qu’il représenterait surtout en cas d’échec. À titre d’exemple, l’échec de 2019 avait coûté à l’entreprise près de 410 millions de dollars. Ce vol a d’ailleurs fait l’objet d’une surveillance active de la part de la NASA qui au cours d’une enquête a localisé un total de 80 corrections nécessaires pour la préparation du Starliner. Enfin, un succès permettrait à Starliner de débuter les vols habités ce qui constitue une nouvelle étape cruciale pour le Starliner de Boeing.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-07-05T14:31:30+02:005 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser