fbpx

INDE : Des scientifiques découvrent une espèce de singe du Miocène

11 septembre 2020 – Des scientifiques américains basés en Arizona ont découvert totalement par hasard une dent animale lors d’un voyage en Inde. Après analyse, il s’avère que celle-ci appartenait à une espèce de singe datant de l’ère du Miocène que nous ne connaissions pas encore.

On pourrait parler de la chance du débutant, mais ce n’est absolument pas le cas. Christopher Campisano est un archéologue chevronné de l’Université d’Arizona. Lors d’une promenade avec des collègues de travail en Inde, il n’a pas trouvé qu’une dent sur le sol poussiéreux, il a également découvert une espèce inconnue de singe qui vivait dans l’Inde actuelle avant même la naissance des premiers hommes. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B.

KAPI RAMNAGARENSIS

La molaire trouvée par Campisano a pu être analysée. D’après les résultats de l’étude menée sur la dent par ses équipes, l’espèce de singe inconnue, finalement nommée Kapi Ramnagarensis, aurait vécu en pleine ère du Miocène, il y a 13 millions d’années. Elle serait également l’ancêtre le plus récent d’une espèce actuelle de primate, le gibbon.

D’après les rédacteurs, l’étude en elle-même de la dent n’a pas été de tout repos. En effet, la dent a été découverte en 2015, mais il a fallu des années de recherche pour identifier le singe en question. Et pour cause : s’agissant d’une espèce inconnue, les chercheurs ne disposaient d’aucun autre fossile de cette espèce dans la région, ni même aucun qui soit relié de près ou de loin aux gibbons. Pourtant après le scanner de la molaire, les scientifiques ont pu établir que sa structure interne était très proche de celle des gibbons, ce qui permet d’avancer la théorie du lien de parenté.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

CHINE : Découverte de deux petits dinosaures « endormis » d’une espèce inconnue

20 septembre 2020 – Deux petits dinosaures ont été découverts dans la province de Liaoning en Chine par des paléontologues. Ces derniers n’appartiennent à aucune espèce connue à ce jour et auraient été enterrés dans leur sommeil.

C’est une éruption volcanique qui aurait piégé ces deux dinosaures de petite taille dans leur terrier, les enterrant vivants, à l’image des habitants de Pompéi plusieurs siècles plus tard.

ESPÈCE NON RÉPERTORIÉE

Ces deux dinosaures font 1,10 mètre de long chacun et ne sont assimilables à aucune espèce connue des paléontologues jusqu’à aujourd’hui. Leurs fossiles ont été découverts par des agriculteurs de la région de Liaoning qui était déjà connue pour ses nombreux fossiles de dinosaures en parfait état.

Ils étaient munis de pattes arrière qui leur permettaient de se déplacer « debout » et même de courir, de même qu’une longue queue qui les stabilisait. À l’analyse de leur morphologie, il est apparu qu’ils pouvaient également creuser des terriers. C’est d’ailleurs dans l’un de ces terriers qu’ils ont été découverts.

Puisque l’espèce était inconnue, il a bien fallu la nommer. C’est ainsi que ces deux dinosaures sont devenus les deux premiers représentants de l’espèce des Changmiania liaoningensis, ce qui signifie « dormeur éternel du Liaoning ». Il semblerait à première vue que ces dinosaures aient été des ornithopodes précoces de la branche des ornithischiens qui vivaient il y a 65 à 200 millions d’années.

Margaux Naudin (rédaction btlv.fr)

2020-09-11T12:57:57+02:0011 septembre 2020|

Sujets susceptibles de vous intéresser