fbpx
x

(INEXPLIQUÉ) Un mystérieux continent submergé se cache peut-être sous l’Islande…

1erjuillet2021 — L’Islande a longtemps intrigué les scientifiques.Des scientifiques de l’Université de Durham, en Angleterre, ont émis l’hypothèse selon laquelle l’Islande n’est qu’une partie d’un immense continent englouti, à savoir un fragment de l’ancien supercontinent appelé la Pangée. Les géologues estiment que cette partie submergée du territoire pourrait couvrir environ 598 000 kilomètres carrés du Groenland à l’Europe.

À la suite de la formation de la Pangée il y a 335 millions d’années, les masses terrestres ont formé un supercontinent d’une superficie d’environ 150 millions de kilomètres carrés. Sa dégradation progressive, qui a duré il y a environ 175 à 50 millions d’années, a conduit à l’émergence de l’Atlantique et à la répartition continentale de la surface que nous connaissons aujourd’hui.

Selon la nouvelle théorie, la Pangée ne s’est pas complètement désintégrée le long de la partie centrale de l’océan Atlantique, les scientifiques suggèrent qu’une partie de celle-ci pourrait avoir été étirée, ce qui a entraîné la séparation de la croûte continentale de l’Islande.

 DES CONFLITS JURIDIQUES EN PERSPECTIVE ?

Sous certaines conditions, la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer accorde aux États côtiers des droits exclusifs sur les ressources non biologiques du fond marin qui leur est adjacent si les scientifiques peuvent prouver que le fond marin est une extension submergée de la masse continentale.

Selon la professeure Gillian Folger, professeure émérite de géophysique au Département des sciences de la Terre à Université de Durham, dans une déclaration à SWNS.

“Par exemple, la croûte sous l’Islande a plus de 40 kilomètres d’épaisseur, soit sept fois plus que la croûte océanique normale. C’est tout simplement inexplicable. Cependant, lorsque nous avons envisagé la possibilité que cette croûte épaisse puisse être continentale, nos données ont soudainement pris un sens. Cela a immédiatement conduit à la réalisation que la zone continentale était beaucoup plus grande que l’Islande elle-même – il y a un continent caché là-bas sous la mer. “ Bien sûr, les scientifiques ont une très lourde tâche pour prouver l’existence de l’Islande en tant que continent, mais déjà maintenant, cela ouvre un regard complètement nouveau sur notre compréhension géologique du monde.

LA PERSPECTIVE DE TROUVER DE NOUVEAUX GISEMENTS DE PÉTROLE

« Quelque chose de similaire peut arriver dans de nombreux autres endroits. En fin de compte, nous découvrir comment les cartes de nos océans et de nos mers sont redessinées à mesure que notre compréhension de ce qui se trouve en dessous change », déclarent les auteurs de la théorie.

Les scientifiques notent que la plaque continentale inconnue peut contenir de grandes quantités de ressources minérales et d’hydrocarbures. Par conséquent, des études sur de minuscules cristaux appelés zircons pourraient orienter les experts vers des preuves de leur théorie.

François Deymier (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-07-02T10:47:31+02:001 juillet 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser