fbpx

(INNOVATION) Des scientifiques sont parvenus à créer des hologrammes tactiles

20 septembre 2021 – Des chercheurs ont réussi à mettre au point un système d’hologrammes tactiles. Un processus qu’ils espèrent pouvoir très vite appliquer dans la médecine et dans le secteur des jeux vidéo.

Ces hologrammes tactiles ont été créés par des chercheurs de l’université de Glasgow. Pour cela, ils se sont basés sur une technologie aérohaptique, c’est-à-dire des jets d’air intégrés au système qui permettent de reproduire la sensation du toucher de manière très convaincante. De par leur nature aérohaptique ces hologrammes ne nécessitent pas de contrôleur portatif, ni de gants intelligents pour produire le sens du toucher. La sensation du toucher est reproduite grâce à une simple buse, capable de répondre aux mouvements de la main, souffle de l’air avec la force appropriée pour reproduire la sensation du toucher.

UNE TECHNOLOGIE BASÉE SUR UNE VIEILLE ILLUSION D’OPTIQUE

En fait pour atteindre ce résultat de sensation de contact tactile avec l’hologramme, les scientifiques ont associé la technologie d’affichage volumétrique à des jets d’air contrôlés avec précision pour créer la sensation de toucher sur les mains, les doigts et les poignets des utilisateurs. Ce qui est amusant avec cette innovation très futuriste, c’est qu’elle est fondée sur quelque chose de plutôt ancien. En effet, pour faire fonctionner cet hologramme, les chercheurs ont également utilisé un affichage pseudo-holographique qui utilise du verre et des miroirs pour donner l’impression qu’une image bidimensionnelle plane dans l’espace. Ce qui correspond en fait à une modernisation d’une technique d’illusion du 19ème siècle connue sous le nom de fantôme de Pepper. Ainsi, cette technologie nous montre que les interactions physiques avec les hologrammes qui étaient autrefois l’apanage de la science-fiction vont bientôt faire partie de notre réalité.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ESPACE) La sonde Lucy est partie aujourd’hui à la conquête des astéroïdes de Jupiter

16 octobre 2021 – La sonde Lucy de la NASA est partie ce matin depuis Cap Canaveral en Floride. Elle se dirigera vers les astéroïdes troyens de Jupiter, corps célestes gravitant autour du Soleil sur la même orbite que celle de la géante gazeuse.

La sonde Lucy voyagera durant six ans avant d’effectuer la majorité de ses observations entre 2027 et 2033. Son but sera d’étudier les astéroïdes troyens, afin de déterminer leur origine et de confirmer ou invalider le modèle de Nice, expliquant la disparité des corps célestes à l’origine de la formation du système solaire. Les astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui se situent à des points stables autour de Jupiter, ils sont situés à plus de 700 millions de kilomètres du soleil et ce sera la première fois qu’ils vont être survolés par une mission spatiale. Une fois arrivée à destination, la sonde pourra commencer à étudier ces objets célestes dont la composition, la densité, la forme permettront par exemple d’en savoir plus sur l’évolution de l’agencement des planètes autour de notre soleil. Les astronomes espèrent que l’étude de ces astéroïdes leur permettra de mieux comprendre la naissance de notre système solaire.

UNE SONDE PORTEUSE D’UN MESSAGE À DESTINATION DE NOS DESCENDANTS

En plus de permettre l’étude des astéroïdes de Jupiter, la sonde Lucy servira aussi de capsule temporelle spatiale à destination de nos descendants.  De fait, elle contiendra des écrits de penseurs majeurs ainsi qu’un schéma de la position exacte des planètes le jour du lancement de Lucy. Le parcours de la sonde a été étudié afin de la rendre facilement accessible pour des descendants disposant d’une technologie largement supérieure. En effet, à la fin de sa mission en 2033  Lucy suivra la même orbite que les astéroïdes troyens autour du soleil ce qui signifie qu’elle pourrait errer dans cette orbite  pour des centaines, des milliers voire des millions d’années. De cette façon, les chercheurs espèrent que la sonde Lucy deviendra une relique archéologique qui pourra être récupérée par des descendants ayant la capacité de voyager jusqu’à Jupiter. Cependant nos descendants auront-ils le temps d’atteindre un tel niveau de technologie avant que l’humanité ne disparaisse est une question que l’on peut se poser.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-23T10:55:41+02:0020 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser