fbpx

(INNOVATION) La plus grande usine de captage du dioxyde de carbone a ouverte en Islande

11 septembre 2021 – Ce 8 septembre, la plus importante usine de capture directe de dioxyde de carbone à grande échelle a été mise en route. Cette usine est conçue pour absorber le CO2 de l’air et le transformer en roche.

Cette usine, qui a été bâtie en Islande a été baptisée Orca qui signifie énergie en islandais. Elle se situe près de la centrale géothermique de Hellisheidi. Cette usine est le fruit d’une collaboration entre la start-up suisse Climeworks AG et la société islandaise Carbfix. Elle est censée pouvoir retirer 4.000 tonnes de CO2 de l’atmosphère chaque année. Au total, la quantité de CO2 captée sur un an représente par l’usine représente l’équivalent des émissions de 1,75 million de litres d’essence. Néanmoins, cela reste assez insignifiant aux émissions mondiales de CO2  en 2020 estimées à plus de 30 milliards de tonnes. Il n’en demeure pas moins que cette usine représente un effort symbolique notable dans la lutte contre le réchauffement climatique.

UN MOYEN DE LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Afin de capter et stocker le dioxyde de carbone, l’usine Orca fonctionne grâce à une technique plutôt inédite. Elle prévoit l’usage de douze ventilateurs équipés de filtres, dont l’énergie est fournie par la centrale d’électricité renouvelable voisine, afin d’aspirer l’air pour en isoler le gaz carbonique. Le CO2 est ensuite mélangé à l’eau de la centrale avant d’être injecté à 1.000 mètres de profondeur dans le basalte où il se pétrifie pour toujours. Là où se situe la prouesse de cette technique c’est qu’elle reproduit le processus naturel de la minéralisation qui normalement peut prendre des milliers d’années. Les usines de captage de CO2 constituent un moyen efficace de réduire l’empreinte carbone, mais malheureusement elles sont énergivores et coûteuses, ce qui constitue un frein à leur expansion. Néanmoins, d’autres projets du même type notamment aux États-Unis devraient voir le jour ce qui devrait permettre à l’humanité de lutter un peu mieux contre le réchauffement climatique.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(CLIMAT) Un seul pays au monde semble en mesure de réaliser ses objectifs climatiques

21 septembre 2021 –  Pour de nombreux pays dans le monde la réalisation d’un certain nombre d’objectifs climatiques constitue un véritable défi. À un tel point que pour le moment un seul pays dans le monde semble en bonne voie pour réaliser ses objectifs. Il s’agit de la Gambie.

La Gambie est pour le moment le seul pays au monde à avoir obtenu une note climatique globale compatible avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour rappel, il s’agit d’un traité international sur le réchauffement climatique adopté en 2015 qui est censé unifier toutes les nations dans une cause commune pour lutter contre le changement climatique. En effet, selon une étude du Climate Action Tracker a examiné l’Europe et 36 autres nations qui prend en compte de nombreux facteurs, comme les politiques climatiques nationales, les mesures et l’utilisation des terres, le soutien financier international et les objectifs climatiques fixés par ces pays. La Gambie semble pour le moment le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques.

LA GAMBIE, UN EXEMPLE À SUIVRE

Selon l’étude, la Gambie n’est pas le seul pays en mesure de réaliser ses objectifs climatiques, d’autres pays comme le Costa Rica, le Maroc, l’Éthiopie ou le Royaume-Uni s’en rapproche, mais sont loin d’être au même niveau. La Gambie peut être considérée comme un exemple à suivre en raison des nombreuses actions qu’elle a mise en place pour le climat. Tout d’abord, le pays mise majoritairement sur les énergies renouvelables et dispose de l’une des plus grande installations solaires d’Afrique de l’Ouest. Le gouvernement gambien est également parvenu à restaurer 10 000 hectares de forêts, de mangroves et de savanes. Enfin, la Gambie s’est également engagée à limiter l’utilisation abusive des ressources forestières, il convertit également les terres agricoles inondées en rizières sèches. Ainsi, la Gambie semble sur le point de devenir un symbole pour tous les pays luttant pour la sauvegarde de notre planète.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

2021-09-13T14:32:45+02:0011 septembre 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser