fbpx
x

(INNOVATION) Le barrage de Baihetan, nouveau symbole de la puissance chinoise.

27 juin 2021 – La Chine vient de lancer un nouveau projet titanesque symbolisant sa puissance technologique, le barrage de Baihetan qui va devenir la deuxième plus grande centrale hydroélectrique du monde.

Situé dans le sud-ouest de la Chine, à cheval sur les provinces du Sichuan et du Yunnan (sud-ouest) et sur le fleuve Yangtsé. Ce barrage est le plus grand projet hydroélectrique en construction au monde et il vient de franchir une étape importante dans sa construction il y a 2 jours, avec la mise en opération de deux unités génératrices.

Le Président Xi Jinping s’est  d’ailleurs félicité dans une déclaration de l’avancement du projet qui doit permettre à la Chine de réaliser ses objectifs de neutralité carbone prévue pour 2060. Ce barrage fait également la fierté de la Chine, car il symboliserait l’excellence du savoir-faire chinois. Par ailleurs, le barrage est détenteur de plusieurs records comme les plus grandes grottes souterraines du monde ou les plus larges bassins de déversement, en cas de crue.

UN PROJET TITANESQUE

Ce qui impressionne avec ce projet, c’est son aspect massif, à titre d’exemple chacun des 16 groupes électrogènes d’un million de kilowatts mesure plus de 50 mètres de haut et pèse 8.000 tonnes. Chacune de ces unités pourra fournir en une heure la quantité d’énergie requise par une famille chinoise durant 400 ans selon les ingénieurs du projet et une fois achevé le barrage produira 62 millions de kWh par an soit plus de 15 fois l’énergie produite par le barrage Hoover aux États-Unis. 

Le barrage se démarque aussi de par la manière dont il a été construit, c’est le premier « barrage sans soudure » au monde. Du haut de ses 289 mètres de haut, il a nécessité plus de 8 millions de mètres cube de béton, 70 ans de planification et 10 ans de construction. Ainsi, une fois sa mise en service effective d’ici fin 2022 ce barrage titanesque devrait afficher une puissance de 16 GW.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ROBOT) Des fourmis imprimées en 3D s’unissent pour contourner les obstacles

27 octobre 2021 – Des scientifiques de l’Université de Notre-Dame ont voulu reproduire l’union des fourmis lorsqu’elles sont face à un obstacle. Ils y sont parvenus.

Yasemin Ozkan-Aydin est professeur. Elle a observé que les robots à quatre pattes présentaient des avantages par rapport aux robots à roues. Mais le problème c’est que certains gouffres ou des terrains trop raides sont infranchissables. Face à ce constat, elle a créé avec ses collègues des petits robots imprimés en 3D qui peuvent travailler ensemble.

Les robots mesurent 15 à 20cm de long. Ils ont un microprocesseur, un capteur de lumière frontal, des capteurs magnétiques à chaque extrémité et une batterie au lithium-polymère.

Lorsqu’un de ces robots est en difficulté, il envoie un signal sans fil à ses congénères qui l’aident. Ensemble, ils peuvent former un pont. 

Yasemin Ozkan-Aydin améliore encore ce système déjà bien abouti. Mais quelles seraient les applications des robots-fourmis ? On peut les envisager dans l’exploration spatiale ou encore l’étude des insectes.

Tom Hannane (rédaction btlv.fr)

2021-06-30T13:15:41+02:0030 juin 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser