fbpx
x

(INNOVATION) Leo Coupe, un taxi volant pouvant aller jusqu’à 400 km/h

12 août 2021 – Les taxis volants ou hypercar ne sont plus un vague concept et depuis quelques années de nouveau modèles émergent. C’est le cas du Léo Coupe, un taxi volant performant pouvant aller jusqu’à 400 km/h et affichant une autonomie de 500 kilomètres.

Le Leo Coupe est le fruit d’une collaboration entre Carlos Salaff, un designer automobile, et Pete Bitar, un ingénieur spécialisé dans les systèmes de propulsion verticale. Ce véhicule électrique se distingue avant tout par son design qui le différencie de tous les taxis volants qu’on a pu voir jusqu’ici. Afin d’assurer son envol, le Leo Coupe est équipé de seize turbines électriques produisant chacune 54 kg de poussée pour le vol vertical et cinq autres à l’arrière pour le vol horizontal. À cela s’ajoute des batteries totalisant 66 kWh qui seront disposés à différents endroits de l’appareil afin d’obtenir une répartition des masses adaptée. Enfin, Le Leo Coupe est équipé d’un système d’ailes doubles en forme de caisson, ainsi que d’un parachute balistique à utiliser en cas de défaillance du véhicule.

UN PREMIER PROTOTYPE MIS EN SERVICE DÈS 2022

Au-delà de son design particulier, le Leo Coupe possède à l’avantage par rapport à un certain nombre de ses concurrents. À savoir celui de proposer un encombrement restreint, quasiment similaire à celui d’une voiture classique. Ce qui signifie qu’il sera beaucoup plus facile de le faire stationner en comparaison à plusieurs modèles de taxis volants qui du fait de leurs ailes seront confrontés à ce problème. Pour le moment, la société Urban eVTOL qui dirige le projet a pour ambition de créer un prototype à dimensions restreintes qui pourrait être testé dès l’année prochaine. Quant au prix de vente du modèle, il est pour le moment estimé à 290 000 dollars. Ainsi, ce prototype montre que la vision d’un ciel parsemé de voitures volantes se rapproche de nous.

Pierre-Alexis Lagèze (rédaction btlv.fr)

Pas encore abonné ?
Rejoindre BTLV

À la Une

(ÉTRANGE) Un parasite mangeur de langue retrouvé dans la bouche d’un poisson

27 octobre 2021 – A l’heure ou notre santé n’a jamais autant fait la une de l’actualité, on craint de voir surgir de nouveaux virus. C’est ce qu’ont dû penser les travailleurs du parc d’État de Galveston Island au Texas qui ont récemment attrapé un poisson accueillant à son insu un parasite cauchemardesque qui avait dévoré et remplacé sa langue.

Postée sur les réseaux sociaux la semaine dernière, l’information mentionne qu’il s’agit en réalité d’un « poux mangeur de langue ». Selon les scientifiques qui ont étudié le phénomène, le parasite subsiste en pénétrant dans la bouche d’un poisson, en détachant la langue de l’animal et en remplaçant l’organe par lui-même. Le fameux « poux » passe alors le reste de ses jours à se nourrir du mucus de son hôte. 

Le plus dingue est que cette étrange relation parasitaire ne serait pas particulièrement nocive pour le poisson ni, heureusement, pour les humains qui pourraient finir par attraper et manger l’animal. Les mêmes scientifiques affirment que ce « poux mangeur de langue » est « le seul cas connu où un parasite peut remplacer fonctionnellement l’organe de son hôte ». La nature est parfois très bizarre et effrayante

Bob Bellanca (rédaction btlv.fr)

2021-08-13T09:13:34+02:0012 août 2021|

Actus susceptibles de vous intéresser